Des Perles …

… de la Mairie

Les ralentisseurs que vous avez mis devant l’école sont trop hauts et ma femme se fait sauter quatre fois par jour.

Depuis que vous avez acheté un ordinateur à la mairie y’a plus moyen de trafiquer les papiers comme vous faisiez avant.

Je ne veux pas vous embêter avec mes histoires de poubelle mais avouez quand même que c’est pas normal que la mairie ne ramasse pas des ordures comme mon voisin.

Ça sert à rien de faire des activités pour les vieux puisqu’ils sont inactifs.

Mes impôts pour la commune j’aimerai bien les voir dans les trous de la route et pas dans votre poche

Le cimetière est dans un état pas possible et tous ceux qui y habitent pensent comme moi

Est ce qu’on ne pourrait pas déplacer le bal du 14 juillet au 15 août?

Si les morts votaient c’est sur que vous seriez battu à force de vous en foutre du cimetière

Je suis sûr que le maire se touche les dessous de table

J’ai dit à votre secrétaire de mairie : de deux choses l’une ! ou c’est comme ça … ou c’est pas autrement.

De quoi vous discutez aux réunions du conseil municipal ? De mes intérêts ou de conneries comme de refaire la route qui est encore très bien ?

A la mairie vous êtes des moins que rien, pour ne pas dire plus.

J’ai bien reçu votre bulletin de la mairie et je vous pose la question : c’est avec notre argent que vous écrivez des âneries comme ça ?

Oui Monsieur le maire vous êtes responsable des cacas de chien dans les rues même si ce n’est pas vous qui les faites personnellement.

Le maire est une vraie mafia à lui tout seul.

J’ai toujours voté comme il fallait c’est-à-dire pour celui qui a été élu.

Le toit de l’église fuit depuis deux ans et la vierge est toujours mouillée. Faites quelque chose pour elle s’il vous plait Monsieur le maire.

Nous sommes la commune française où il y a le plus de chômage au monde.

Mes taxes elles servent des feux d’artifice au 14 juillet.

Votre cantonnier, à part discuter le coup avec des verres de vin rouge, il n’a rien d’autre à foutre ?

C’était une cabine téléphonique où il fallait mettre des cartes et toutes les pièces que j’ai voulu mettre ne rentraient pas.

Vos promesses de marchand de soupe qui mange à tous les râteliers, j’en ai entendu depuis des centaines d’années.

Depuis que vous avez été élu, la cabine téléphonique tombe toujours en panne.

On ne vous demande pas de faire grand chose sauf d’en faire beaucoup.

A la mairie vous me prenez pour un imbécile parce que je suis pauvre mais les gens riches ne sont pas plus intelligents que moi. Regardez les politiciens.

S’il faut gueuler pour que l’on m’entende alors attention parce que je vais parler plus fort.

Etre élu c’est facile pour vous parce que vous êtes pas mal foutu et que vous embrassez toutes les femmes sur le marché.

Parce que vous avez fait la route pas assez large, mon voisin est obligé de faire pleins de manoeuvres difficiles avec sa voiture dans son garage qui est juste contre le notre alors ce qui devait arriver est arrivé. Un matin ou il était sûrement bourré, il a fini par réussir à rentrer dans ma femme. Faut l’faire.

Si c’est le maire qui est chargé d’enlever les ordures, comment dois-je faire avec ma femme.

Vous êtes le maire, c’est-à-dire le président de la république de la commune ; moi, à votre place, je m’occuperai un peu plus gentiment de toutes les femmes de la commune qui n’ont pas d’hommes à se mettre sous la main.

La responsabilité de tous les accidents que j’ai eus n’est pas pour moi mais pour les routes où je circule et qui ne sont pas en état de conduire.

Publicités

De jolis bras !

 

A Hollywoood, toutes les femmes « naturellement » minces

( vous savez, celles qui disent que seule Mère Nature est responsable de ce corps de rêve…)

font de petits exercices tout au long de leur journée, sans que personne ne s’en aperçoive !

Elles obtiennent ventre plat, derrière ferme et bras toniques…

sans effort ou presque !

Alors voici un « petit secret » pour les bras …

A chaque fois que vous allez aux toilettes

(car bien sûr comme il se doit, vous buvez 12 verres d’eau par jour, hein ?),

placez-vous devant un mur,

Les bras bien tendus à la hauteur des yeux.

Les paumes bien  à plat, pliez les coudes pour faire 20 pompes debout !

Il vous faut repousser votre corps doucement et le ramener nez au mur!

20 fois ainsi et 20 fois les mains tournées vers l’intérieur …..

 

Résultat ?

C’est pas une réussite çà ?

Le mystère

 


Ô nuit, ô belle nuit, pâle comme sa chair :
Je rêve au passé mort, je rêve au passé clair…

Je revois ta chair pâle, et rêve aux heures mortes,
Où notre joie, où notre extase étaient si fortes !

Le rossignol des nuits d’alors ne chante plus :
Je songe à tes grands yeux qui m’étaient apparus.

Et je songe à ta voix angéliquement tendre,
Que jamais, oh ! jamais je ne dois plus entendre,

Aux baisers de ta voix si mortellement doux,
Aux délices des soirs passés à tes genoux !…

Et je pense à la mort, et je pense à la tombe,
Qui fut scellée un jour sur ma pâle colombe ;

Et je cherche où s’en vont ceux qui s’en sont allés,
Ces regards, ces soupirs, ces parfums envolés.

Je réclame ton âme invisible à l’espace :
Ton âme est-elle errante en ce souffle qui passe ?

Et je porte à ma bouche et je baise une fleur,
Où je sens ton haleine et revois ta pâleur.

Ton âme revit-elle en ce frisson d’étoile ?…
Morts, pourquoi le mystère horrible qui vous voile ?

Ô nos morts bien aimés, où disparaissez-vous ?
Serions-nous vos tombeaux?N’êtes-vous plus qu’en nous ?

Serais-tu tout entière, hélas ! ensevelie
Dans ce cœur d’un amant qui, vieillissant, t’oublie ?

– Nuit chaude, ô nuit aimante, et pleine de soupirs,
Je songe à ce néant de tous nos grands désirs !

Pierre LOUŸS (1870-1925)

Réflexion pour deux (suite 3)

L’une des différences fondamentales entre les hommes et les femmes réside dans leur façon de réagir au stress. Les hommes se focalisent et se ferment, les femmes laissent parler les émotions qui les envahissent.
Dans ces moments là, leurs besoins sont totalement à l’opposé: pour se sentir mieux, l’homme doit résoudre ses problèmes seul, tandis qu’il est nécessaire à sa compagne d’en parler. 

Les hommes sont comme des élastiques: lorsqu’ils se réfugient dans leur intérieur, ils ne peuvent s’y enfoncer que jusqu’à un certain stade avant d’être ramenés à leur point de départ.

L’élastique est donc le symbole idéal pour nous aider à comprendre le cycle de l’intimité masculine, cycle fait d’un rapprochement suivi d’un éloignement, puis de nouveau un rapprochement plus serré.

La plupart des femmes sont étonnées de ce que, même quand un homme aime beaucoup sa partenaire, il éprouve tout de même de temps en temps le besoin de s’isoler pendant un moment, avant de revenir ensuite auprès d’elle.
Ce retrait est instinctif chez l’homme; il n’est aucunement délibéré, ni pensé.

Ce n’est ni sa faute à lui, ni sa faute à elle.Il s’agit d’un cycle naturel.

Si la femme interprète mal ce retrait de l’homme, c’est que quand elle-même choisit de s’isoler, c’est pour des raisons bien différentes. Elle s’isole quand elle doute des sentiments de son conjoint, quand elle se sent blessée ou craint d’être blessée davantage, et quand il l’a déçue en faisant quelque chose d’incorrecte.

Bien sûr un homme peut s’isoler pour les mêmes raisons, mais il le fait bien plus souvent sans raison particulière et quels que soient ses rapports avec sa partenaire. Tel un élastique, il va d’abord prendre de la distance, puis revenir sur lui-même.
Il s’isole pour satisfaire un besoin d’indépendance ou d’autonomie. Mais quand il arrive à la limite de son éloignement, son envie d’amour et d’intimité renait tout à coup et avec elle le désir de reprendre contact avec celle qu’il aime. Leur relation redémarrera au même niveau d’intimité qu’au moment de son départ, il n’a donc pas de besoin d’une période de réintégration ou de rattrapage.

Lorsqu’il est bien compris, ce cycle de l’intimité masculine peut enrichir une relation mais, étant donné qu’il est fréquemment mal interprété, il est en fait souvent la source de problèmes inutiles…..

Ne pas saisir ou ne pas accepter cette dissimilitude essentielle génère des frictions au sein du couple.

Si tous les mots …

Si tous les cœurs jouaient de leurs mots,

S’ils les couchaient sur le papier,

Même en écriture de marmot,

Quel beau poème en vérité !

 

Une ouverture sur l’espérance,

Tous les sentiments dévoilés

Avec des mots plein d’innocence,

Du plus tendre au plus déchiré.

 

Si tous voulaient écrire un peu,

Qu’importe la belle élégance,

Le ressenti c’est tellement mieux !

Simplicité et tolérance,

 

Compréhension et indulgence,

La générosité des lettres,

C’est de l’amour qui s’ensemence

Dans le cœur de tous les êtres …

 

 

http://www.copyrightdepot.com/cd17/00049441.htm

Claude Sauzet

Je vous présente ici des huiles d’un peintre de mes favoris :

Claude Sauzet.

Tout en touches délicates, il fait penser à des aquarelles par la légèreté de ses tons et leur transparence , ces toiles sont des huiles …

Les couleurs sont chaudes, les décors savamment construits dans un flou des plus artistiques …

La femme est sont sujet de prédilection qu’il  honore de son talent

Quelques définitions 3

Réflexion pour deux (suite 2)

Poursuivons notre réflexion sur la différence entre hommes et femmes …


 

Ce que les femmes reprochent le plus souvent aux hommes, c’est de ne pas les écouter.
Ou bien l’homme ignore complètement la femme lorsqu’elle lui parle, ou bien a-t-elle à, peine prononcé quelques mots qu’il croit savoir ce qui la tracasse, et, chaussant les bottes de Monsieur réponse à tout, lui suggère ( tout fier de lui ) une solution miracle pour régler son problème. Et il ne comprend pas pourquoi sa femme ne semble pas apprécier son aide, son geste d’amour.
Elle a beau lui répéter qu’elle n’écoute pas, il est incapable de saisir ce qu’elle entend par là et il ne change rien à son attitude.
Elle veut de la compréhension, mais lui pense qu’elle veut des solutions.

De leur côté, les hommes reprouvent le plus souvent aux femmes de toujours essayer de les faire changer.

Quand une femme aime un homme, elle se croit obligée de l’aider à grandir et de le faire progresser.
En somme, elle fonde à elle seule une comité d’amélioration du foyer, dont il est le principal sujet de préoccupation. Quelle que soir sa résistance à son zèle missionnaire, elle insiste, sautant sur la moindre occasion de l’aider ou de la conseiller.Alors qu’elle pense l’entourer de sa tendresse, lui, se sent contrôlé. Il préfèrerait nettement qu’elle l’accepte tel qu’il est .  

Pourquoi les hommes proposent-ils toujours des solutions et les femmes veulent-elles toujours perfectionner leur partenaire?

Chez l’homme, les valeurs primordiales sont le pouvoir, la compétence, l’efficacité et la réussite.L’homme agit avant tout pour prouver sa valeur et affirmer son pouvoir et ses capacités. Chaque homme mesure sa valeur personnelle en fonction de son aptitude à obtenir des résultats et il tire avant tout satisfaction de ses réalisations et de ses succès.
En règle générale, ils s’intéressent plus aux choses et aux objectifs qu’aux personnes et aux sentiments.
Les hommes s’attachent aux choses matérielles qui leur permettent de montrer leur efficacité en obtenant des résultats et en réalisant leurs objectifs.
Il est extrêmement important pour un homme d’atteindre les buts qu’il s’est fixés parce que cela lui permet de prouver sa valeur et d’être fier de lui.
Les hommes se flattent de pouvoir tout accomplir sans aide extérieure.Leur autonomie symbolise leur efficacité, leur pouvoir et leur habileté.
Les hommes répugnent à se laisse dicter leur conduite ou à admettre qu’on les contredise.
Donner un conseil à un homme sans qu’il l’ait sollicité équivaut à présumer qu’il ne sait pas ce qu’il faut faire, ou qu’il est incapable de le faire par lui-même.Et comme faire preuve de compétence est à ses yeux une vertu cardinale, sa réaction sera ombrageuse garde ses soucis pour lui aussi longtemps qu’il le peut, car demander de l’aide quand ce n’est pas absolument indispensable lui semble être un signe de faiblesse.

Quand à la femme …

Elle a un tout autre système de valeurs, fondé sur l’amour, la communication,la beauté et les rapports humains.
Les femmes passent beaucoup de temps à s’entraider, à se soutenir et à s’entourer les unes les autres d’affection. leur valeur personnelle se mesure à la qualité de leurs sentiments et de leurs relations avec les autres.

Les femmes se préoccupent de l’harmonie de leur vie, de leur entourage, et de la réussite de leur couple. Les rapports humains les importent plus que le travail ou la technologie.

Leur monde est donc à bien des égards à l’opposé de celui des hommes.

Elles expriment leurs sentiments par les différents vêtements qu’elles portent, choisis en fonction de leur état d’âme du moment.
Chez elles, la communication passe avant tout.Il est plus important de partager des sentiments que d’atteindre des objectifs.Pour elles, converses et entretenir des contacts fréquents avec les autres apporte une immense satisfaction.

Les femmes ont beaucoup d’intuition, un don intensifié par des siècles passés à anticiper les besoins des autres. Elles n’éprouvent pas le besoin de prouver leurs compétences.
Donner des conseils et exprimer des suggestions est signe de gentillesse.

S’il lui manque cette connaissance intime de la nature de l’homme, il est très facile pour une femme d’offenser, sans le vouloir, l’être qu’elle aime le plus au monde.

Les Shadoks…

Vous souvenez-vous des Shadoks ….

présentés et racontés par Claude Piéplu  ?

Pour les plus anciens …oui, je suppose .

Pour les plus jeunes … à découvrir!

Quelques une des devises des Shadoks …

Histoire de sourire au souvenir de cette diffusion TV humoristique !

 » De l’amour … à la mort,  » de Peuchy

Mon silence

Votre silence s’impose et affaiblit mon âme
De mon regard d’enfant ne jaillissent plus de flammes
C’est le fracas des vagues qui me parle le plus
Que ce bout de falaise il ne me reste plus.
Malgré moi je vous aime, et vous admire tant
D’une preuve d’amour, vous en coûte-t-il tant?
Et je parle en silence, me surprends à chanter
Fais vibrer de mes larmes ces mots inespérés
L’horizon est lointain, ma vie entre vos mains
Et de vous supplier, je clame mon chagrin.
Mes desseins s’assombrissent mais ne vous parlent pas
Mes poèmes sont tristes, ils sont tout comme moi
L’ivresse des nuages est ma seule gaieté
Elle fige mon sourire quand je suis allongé
En haut de la falaise, et les bras repliés
Telle une mise en terre, sans caveau ni curé.
Qu’ai-je donc à souffrir, je ne manque de rien
De l’amour qu’on me donne, on me le donne en biensq
Une simple caresse, deux mots dits de tout près
M’aideraient tout de même à me sentir aimé.
Mais le mensonge est là, il crucifie mon être
Telle une religion qui m’oblige à paraitre
Et qui sournoisement se déguise en comptine
Mais qui embrase en moi ces souffrances enfantines.
Alors, plutôt que de céder à l’attrait de la mort
Je me tais à jamais et ne mens plus à tort
Je vous laisse corrompre la joie et l’innocence
Je me terre à regret au fond de mon silence.

Previous Older Entries

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441