Insomnie…

 

 

Insomnie, grande dame aux ongles acérés,

Tes griffes m’ont rayé bien des morceaux de nuit.

Venant sans crier gare, sans même être invitée,

Tu prends place et t’installes, toujours après minuit.

 

Brutal ou en douceur, ton réveil m’exaspère !

J’essaye de t’ignorer et feins ton insistance

A m’occuper l’esprit, vraiment tu exagères !

Tu empiètes un peu trop mon intime existence …

 

Quand je voudrais du calme, tu viens avec tes nerfs,

Tu agaces mes pensées, me pose des questions,

Fais que je réfléchis et me mets en colère

Quand tu sembles oublier ma récupération.

 

C’est au petit matin que tu daignes me laisser.

Tu laisses mes paupières lourdement se fermer,

Tu t’éclipses  sans bruit, sur la pointe des pieds,

Sans penser que bientôt il me faut me lever…

 

C’est assez ! Cette nuit, je vais t’empoisonner !

Ce petit comprimé, c’est pour mieux t’évincer,

Et tu pourras toujours venir, c’est terminé !

Tes griffes sont coupées, mes nuits te sont fermées !

 

 

 

http://www.copyrightdepot.com/cd17/00049441.htm

Publicités

La Putain du Roi …

Pour tous ceux et celles qui aiment les  histoires passionnelles, les tourments du cœur, les beaux sentiments, les costumes d’époque , les drames d’amour, les larmes de la passion …

Un très beau film sur Arte ce soir  à 20h30 : La Putain du Roi

Résumé

Paris, au XVIIe siècle. Jeanne, fille du duc de Luynes, épouse le séduisant comte de Verue, qui l’emmène vivre à Turin, où il est chambellan du roi du Piémont. Les époux nagent dans le bonheur. Hélas, le roi tombe amoureux fou de la jeune femme et n’a alors de cesse d’en faire sa maîtresse. Jeanne résiste, même si son entourage est prêt à toutes les complaisances.

Mais, s’apercevant que son époux est lui-même sur le point de brader son honneur, elle finit par céder au souverain. La relation étrange qui se noue entre les deux amants est faite de violence mutuelle et de perversité.

Quand Jeanne attrape la variole, le roi reste à ses côtés pour la soigner. C’est là que la jeune femme se rend compte de son empire. Les courtisans commencent d’ailleurs à trouver que les choses vont trop loin.

Jeanne parvient à s’échapper. De retour en France, elle réalise qu’elle ne peut plus se passer de celui qu’elle a fini par aimer. Elle revient au Piémont. Mais, affaibli tant physiquement que politiquement, le roi, qui a tué le comte de Verue en combat singulier, n’est plus que l’ombre de lui-même. Il meurt après l’avoir revue. Jeanne est jetée à la rue.


Nos Vents …

photo de Julie Rey

 


Vent brûlant de l’amour avec son souffle chaud,

Son souffle de passion souffle sa déraison,

Vent soufflant de désir, petit vent de plaisir,

Vent débordant  de charme, simple vent de printemps …

Et puis le vent coquin, petit vent de folie,

Vent d’été tout léger, vent à déboussoler,

Vent à évaporer son cœur à la volée,

Vent frileux, malicieux, vent pour vous rendre heureux.

Vent d’orage et d’éclairs, ouragan de colère,

Vent violent déchainé, vent pour déraciner,

Vent séchant, décapant, souffle-les ces vauriens,

Vent glaçant, vent givrant, vent gerçant sur le cœur

Vent violence, vent tourmente et vent de la démence,

Quand il vous prend aux tripes, vent de la tétanie,

Vent rageur, dévastant et vent de félonie

Vent effaçant le mal en soufflant la bonté.

Vent de paix, vent calmant et couvrant la détresse,

Vent caresse, vent tendresse, petits souffle de liesse,

Pour amener la paix un grand vent d’indulgence,

Un vent de tolérance, un vent de tempérance,

Vent de rassemblement, vent d’union, de fusion,

Et vent de communion, de communication

Et pour l’absolution le vent des punitions,

Vent de vos religions et vent de contrition,

Grand souffle de pardon !

Vent pour les ambitions et vent d’admiration,

De  toute confusion et grand vent de patron,

Vent de haute fonction, vent de haute direction

Mais … grand vent d’abandon, grand  air de trahison,

Vent félon, vent juron, vent de trépanation,

Vent de contrefaçon,  et puis vent d’extraction,

Vent de désolation !

Vent de timidité, petit vent rose thé,

Vent d’amabilité et de cordialité,

Vent d’approche, vent d’accroche, et grand vent d’amitié,

Vent de propriété, vent d’exclusivité .

Et la sensualité, ce vent de volupté,

Ce souffle incomparable, recherche de succès,

Vent de braise, vent qui biaise et qui si bien nous baise,

Vent à vous rendre niaise ,

Vent mêlant les amants, petite brise aimante,

Mais … ce vent n’a qu’un temps …

Souffle les séparant, vent désenchantement,

Vent souvent bien poltron et vent de lâcheté,

Soufflant les désunions, vent cassant, vent coupant,

Et vent brisant bien sûr toutes les illusions …

Grand vent réunissant tous les vents de la terre,

Vents de tous continents, vent de tous sentiments,

Pour souffler dans le temps, pour souffler à jamais,

Tous les vents réunis,

Les vents de notre  vie …


http://www.copyrightdepot.com/cd17/00049441.htm

Manuel Rubalo

Puisque le ciel est à la pluie ….. je vous apporte un peu de lumière avec ce peintre

qui sait la transmettre …

Ses couleurs sont chaudes et expressives …

Remarquez ses bleus intenses ….et lumineux …

Il a également une palette vive et chaude …. et fait aussi de l’abstrait

J’aime beaucoup ce qu’il crée…

Voilà, je voulais vous le présenter ….j’espère que vous aimez…

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441