Le mystère

 


Ô nuit, ô belle nuit, pâle comme sa chair :
Je rêve au passé mort, je rêve au passé clair…

Je revois ta chair pâle, et rêve aux heures mortes,
Où notre joie, où notre extase étaient si fortes !

Le rossignol des nuits d’alors ne chante plus :
Je songe à tes grands yeux qui m’étaient apparus.

Et je songe à ta voix angéliquement tendre,
Que jamais, oh ! jamais je ne dois plus entendre,

Aux baisers de ta voix si mortellement doux,
Aux délices des soirs passés à tes genoux !…

Et je pense à la mort, et je pense à la tombe,
Qui fut scellée un jour sur ma pâle colombe ;

Et je cherche où s’en vont ceux qui s’en sont allés,
Ces regards, ces soupirs, ces parfums envolés.

Je réclame ton âme invisible à l’espace :
Ton âme est-elle errante en ce souffle qui passe ?

Et je porte à ma bouche et je baise une fleur,
Où je sens ton haleine et revois ta pâleur.

Ton âme revit-elle en ce frisson d’étoile ?…
Morts, pourquoi le mystère horrible qui vous voile ?

Ô nos morts bien aimés, où disparaissez-vous ?
Serions-nous vos tombeaux?N’êtes-vous plus qu’en nous ?

Serais-tu tout entière, hélas ! ensevelie
Dans ce cœur d’un amant qui, vieillissant, t’oublie ?

– Nuit chaude, ô nuit aimante, et pleine de soupirs,
Je songe à ce néant de tous nos grands désirs !

Pierre LOUŸS (1870-1925)

24 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. angieantia
    Jan 30, 2011 @ 10:18:23

    Et on se laisse prendre à sa mélancolie, au cri de son âme …

    Réponse

  2. patriciaj73
    Jan 30, 2011 @ 11:20:14

    Coucou Océanelle, tu peux prendre sans problème. C’est fait pour ça. Cela me fait très plaisir que tu aimes. Je te fais de gros bisous et te souhaite un bon dimanche

    Réponse

  3. Kleaude
    Jan 30, 2011 @ 11:40:56

    Puissante poésie… je ne connaisssais pas cet auteur…
    Amour passion….. nostalgie d’un hier déchirant de ne plus être….

    Salutations

    Réponse

  4. mimitahitie
    Jan 30, 2011 @ 12:07:16

    tres beau texte avec illustration!!mais je veus te dire de ne pas t’nqueter,car en prncipe je ne repond qu’a 1 billet par jour!!lol!!autrement j’y arrive plus
    bon dimanche et bisousssssssss

    Réponse

  5. colettedc
    Jan 30, 2011 @ 12:59:40

    Mélancolique mais si bien exprimé ce mystère de la mort !
    Mort qui n’arrive pas à effacer ces souvenirs que cache ce voile …
    Bon dimanche à toi Océanelle accompagné de mon amitié,
    C☼lette

    Réponse

  6. frampantm
    Jan 30, 2011 @ 17:28:08

    très beau billet,mais triste.
    benne soirée,et tendres bisous. maguy

    Réponse

  7. Drenagoram
    Jan 30, 2011 @ 18:32:02

    Ils ne Sont jamais Loin ,
    A la Porte d’Esprits ,
    A l’Orée des Chagrins ,
    Il nous Tiennent à la Vie ,
    Par le liens des Demains ,
    Quand effleurent nos Songes ,
    Ils en prennent grand Soin .
    Et dans l’Hors nous Plonge ,
    Par des Rêves sans Fins.
    Qui relient au Vivant ,
    Tout les Êtres du Bien ,
    Sous les Vôutes du Temps.
    NéO~

    http://drenagoram4444.wordpress.com/

    Réponse

  8. floray2
    Jan 30, 2011 @ 19:31:15

    Bonjour Oceanelle,
    Peintre et poète, Bravo et Félicitations !

    Tu peux ainsi passer tous tes états d’âme par ces moyens.
    Deux magnifiques façons de s’exprimer….

    Je te souhaite une excellente semaine.

    Réponse

  9. migama7538
    Jan 31, 2011 @ 07:10:23

    Bonjour, superbe poème ou le souvenir d’un amour survole les mots… Magnifique partage que tu nous offres sur ce lit de rose, j’adore, après des gros ennuis je reviens et doucement je vais rattraper mon retard sur tes derniers billets, je suis trop curieuse… des bisous pour une jolie semaine…

    Réponse

  10. marieange
    Jan 31, 2011 @ 20:44:02

    Sous le charme, comme d’hab’

    et l’image postée est tout simplement ravissante, bravo !

    Réponse

  11. mariessourire
    Jan 31, 2011 @ 23:00:17

    quelle belle découverte…
    mélancolie, tristesse parfois, son âme est bleue, son âme est poète

    Réponse

  12. lisnel
    Fév 01, 2011 @ 14:23:35

    Bouleversant….Je ne connaissais pas
    Ça me touche beaucoup en allant réveiller un émoi profond…
    « Ô nos morts bien aimés, où disparaissez-vous ?
    Serions-nous vos tombeaux?N’êtes-vous plus qu’en nous ? »
    Sublimes vers de simplicité et de vérité.
    J’adore et je me promets de le découvrir.
    Un instant comme celui-ci me donne raison de fréquenter le monde dit virtuel.
    Merci beaucoup Oceanelle pour ce partage.
    Gros bisous.

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441

%d blogueurs aiment cette page :