Une belle écriture

 

Ô bois qui du soleil accusez l’impuissance,
Recevant de ses traits la chaude violence
Sans en être percé,
Que n’ai-je comme vous fortifié mon âme
Pour recevoir les coups du bel oeil qui m’enflamme
Sans en être offensé !

Que n’ai-je comme vous une écorce sauvage
Insensible aux douleurs, comme vous à l’outrage
Des hivers ravissants !
Mais ô dieux ! suis-je pas de matière insensible,
De ne point consommer en l’ardeur invisible
Des brasiers que je sens ?

Ô bois, hôte sacré des dieux et du silence,
Souffrez que je soupire ici la violence
D’une fière rigueur,
Bien qu’on n’allège pas par les cris un martyre,
C’est toujours un bonheur quand la bouche peut dire
Ce que souffre le coeur.

Ah ! je vois bien déjà vos oiseaux qui s’assemblent
Pour plaindre mes malheurs, mais hélas qu’ils me semblent
Heureux en cette loi !
Ils éteignent leur feu dès l’heure qu’il s’allume,
Et l’amour n’eut jamais pour eux tant d’amertume
Comme il en a pour moi.

La fortune et l’amour s’accordent pour leur plaire,
Mais si l’une me nuit, l’autre est mon adversaire,
Et jure mon trépas,
Et la beauté qui m’est aux yeux si désirable
De ma vive douleur croit n’être point coupable
Pour ne l’avouer pas.

Son oeil qui m’a vaincu néglige sa victoire,
S’il voit mon déplaisir il feint ne le pas croire,
Et s’en rit dans le coeur,
Et disant que je suis blessé par innocence,
Il me fait en un coup admirer sa prudence
Et maudire sa rigueur.

Que je serais heureux si la belle farouche
Qui m’a causé mon mal me disait de sa bouche :
 » Viens mourir devant moi ! « 
Je lui ferais paraître en mourant d’allégresse
Que quand on ne saurait vivre pour sa maîtresse,
Il faut mourir pour soi.

Etienne DURAND (1586-1618)

Publicités

8 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. Drenagoram
    Fév 17, 2011 @ 09:29:05

    Tant de Songes en ces Bois quand le Coeur est en Flammes ,
    Au Silence des Arbres s’en vient chercher Quiétude ,
    Par la Force d’une Onde , Savoir Monde d’une Dame ,
    Tout l’étrange d’un Esprit , que chaque jour elle élude ,
    Tourmentant ma seule Âme par sa seule Inquiétude .
    NéO~

    Réponse

  2. ariellejeanne
    Fév 17, 2011 @ 09:34:51

    Bonjour Océanelle,
    Waou !! j’adore ce texte de poésie que je ne connaissais pas ni le poéte d’ailleurs.. je trouve que tu as le dons de choisir tes textes ou de les écrires c’est pas comme moi ils sont toujours un peu pareil dommage !!!
    Je viens sous al pluie de toulon te souhaiter une bonne journée de Jeudi et toutes mes félicitations pour ton billet fabuleux avec la belle image.
    Je t’embrasse fort ton amie du net
    Arielle

    Réponse

  3. angieantia
    Fév 17, 2011 @ 10:12:51

    De la fine poussière
    Où ton coeur se repose
    Depuis les rives ‘hier »
    Aux bourgeons de mil roses
    Le souffle d’un trépas
    Au fleuve de l’oubli
    Quitte l’univers las
    Pour essaimer la Vie …

    Réponse

  4. momotendresse1
    Fév 17, 2011 @ 13:27:21

    je m`imagine un acteur récitant
    ce texte sur scene
    superbe
    momo xxx

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441

%d blogueurs aiment cette page :