Oraisons mauvaises

Que tes mains soient bénies, car elles sont impures !
Elles ont des péchés cachés à toutes les jointures ;
Leur peau blanche s’est trempée dans l’odeur âpre des caresses
Secrètes, parmi l’ombre blanche où rampent les caresses,
Et l’opale prisonnière qui se meurt à ton doigt,
C’est le dernier soupir de Jésus sur la croix.

Que tes yeux soient bénis, car ils sont homicides !
Ils sont pleins de fantômes et pleins de chrysalides,
Comme dans l’eau fanée, bleue au fond des grottes vertes,
On voit dormir des fleurs qui sont des bêtes vertes,
Et ce douloureux saphir d’amertume et d’effroi,
C’est le dernier regard de Jésus sur la croix.

Que tes seins soient bénis, car ils sont sacrilèges !
Ils se sont mis tout nus, comme un printanier florilège,
Fleuri pour la caresse et la moisson des lèvres et des mains,
Fleurs du bord de la route, bonnes à toutes les mains,
Et l’hyacinthe qui rêve là, avec un air triste de roi,
C’est le dernier amour de Jésus sur la croix.

Que ton ventre soit béni, car il est infertile !
Il est beau comme une terre de désolation ; le style
De la herse n’y hersa qu’une glèbe rouge et rebelle,
La fleur mûre n’y sema qu’une graine rebelle,
Et la topaze ardente qui frissonne sur ce palais de joie,
C’est le dernier désir de Jésus sur la croix.

Que ta bouche soit bénie, car elle est adultère !
Elle a le goût des roses nouvelles et le goût de la vieille terre,
Elle a sucé les sucs obscurs des fleurs et des roseaux ;
Quand elle parle on entend comme un bruit perfide de roseaux,
Et ce rubis cruel tout sanglant et tout froid,
C’est la dernière blessure de Jésus sur la croix.

Que tes pieds soient bénis, car ils sont déshonnêtes !
Ils ont chaussé les mules des lupanars et des temples en fête,
Ils ont mis leurs talons sourds sur l’épaule des pauvres,
Ils ont marché sur les plus purs, sur les plus doux, sur les plus pauvres,
Et la bouche d’améthyste qui tend ta jarretière de soie,
C’est le dernier frisson de Jésus sur la croix.

Que ton âme soit bénie, car elle est corrompue !
Fière émeraude tombée sur le pavé des rues,
Son orgueil s’est mêlé aux odeurs de la boue,
Et je viens d’écraser dans la glorieuse boue,
Sur le pavé des rues, qui est un chemin de croix,
La dernière pensée de Jésus sur la croix.

Rémy de Gourmont

Publicités

Rémy de Gourmont

Remy de Gourmont, né au manoir de la Motte à Bazoches-au-Houlme, près d’Argentan (Orne), le 4 avril 1858 et mort à Paris le 27 septembre 1915, est un écrivain français, à la fois romancier, journaliste et critique d’art, proche des symbolistes.

Remy de Gourmont est issu d’une ancienne famille originaire du Cotentin, dont une branche s’est établie à Paris au XVIe siècle pour y fonder une maison d’édition qui publia des livres et surtout de nombreuses estampes et gravures. Il est le fils du comte Auguste-Marie de Gourmont et de la comtesse, née Mathilde de Montfort.

En 1866, la famille s’installe au manoir du Mesnil-Villeman, près de Villedieu (Manche). Remy de Gourmont est interne au lycée de Coutances de 1868 à 1876. C’est un excellent élève, même si on lui trouve trop d’imagination.

En 1876, il s’installe à Caen, 46 rue Écuyère, et entreprend des études de Droit. Ayant obtenu en 1879 son diplôme de bachelier en droit, il s’installe à Paris, d’abord rue Richer, puis peu après 41 rue d’Hauteville.

En novembre 1881, il obtient un emploi d’attaché à la Bibliothèque nationale. Il commence à collaborer à des périodiques catholiques tels que Le Monde ou Le Contemporain.

Entre 1882 et 1886, il publie divers ouvrages de vulgarisation historique mais c’est avec un roman, Merlette (1886), dont l’action est située dans le pays de son enfance, entre Villedieu et Avranches, qu’il fait véritablement ses débuts littéraires ; l’ouvrage est accueilli avec indifférence.

En cette même année 1886, Remy de Gourmont, qui s’était jusqu’alors surtout intéressé à l’histoire et à la littérature ancienne, découvre les nouvelles recherches esthétiques de son temps à travers la revue La Vogue de Gustave Kahn.

Il fait également la connaissance de Berthe de Courrière, modèle et légataire universelle du sculpteur Auguste Clésinger, sur lequel elle commande une étude au jeune auteur qui ne tarde pas à devenir son amant. Elle lui inspire des lettres passionnées, rédigées au long de l’année 1887 et qui seront publiées à titre posthume sous le titre Lettres à Sixtine (1921). Il s’installe chez elle, 71 rue des Saints-Pères, et y vivra jusqu’à sa mort en 1915.

Berthe de Courrière restera toujours dévouée à Remy de Gourmont. Elle inspire son roman Sixtine (1890), qui s’accorde parfaitement avec la sensibilité multiple de son temps, et qu’il dédie à Villiers de l’Isle-Adam, dont il a fait la connaissance à la Bibliothèque nationale et qui est devenu son ami.

À la même époque, il se lie avec Joris-Karl Huysmans, qui sera le dédicataire du Latin mystique (1892) et s’inspirera de Berthe de Courrière dans son roman Là-bas, et fréquente les lundis de Stéphane Mallarmé, rue de Rome.

En 1889, Remy de Gourmont est, avec Alfred Vallette, Louis Dumur, Ernest Raynaud, Jules Renard, Albert Samain, au nombre des fondateurs du Mercure de France, auquel il collaborera pendant vingt-cinq ans. Cette collaboration marquera profondément la personnalité de la revue, à laquelle le nom de Gourmont reste indissolublement lié. En avril 1891, il y publie un article intitulé « Le Joujou Patriotisme » dans lequel il soutient que les affinités artistiques et culturelles profondes entre la France et l’Allemagne, qui devraient amener un rapprochement des deux pays, sont contrariées par les passions nationalistes ; le ton dédaigneux de l’article – davantage sans doute que la thèse elle-même – suscite une polémique qui lui vaut d’être révoqué de la Bibliothèque nationale et lui ferme les colonnes de la majeure partie de la grande presse, malgré les efforts de son défenseur Octave Mirbeau, qui parvient tout de même à le faire entrer au Journal.

Vers la même époque, Gourmont est atteint par une forme de lupus dont la progression ne peut être enrayée que par des cautérisations extrêmement douloureuses, qui le défigurent et donnent à son visage un aspect insoutenable. Profondément atteint, il reste longtemps cloîtré chez lui et lorsqu’il se remet à en sortir, ce n’est que pour passer dans les bureaux du Mercure, rue de Condé et, une fois par an, pour quelques semaines de vacances à Coutances.

Pour lui, désormais, n’existent plus que le travail et les livres. Il publie, quasi-exclusivement au Mercure de France, une œuvre vaste et abondante, composée de romans, de pièces de théâtre, de recueils de poésie et surtout d’essais qui témoignent d’une profonde érudition.

En 1910, il rencontre Natalie Clifford Barney. Elle lui inspire une vive passion qui s’exhale dans les Lettres à l’Amazone, publiées en 1914. Avec elle il accepte de sortir à nouveau et fait même un petit voyage en Normandie.

Mais l’ataxie locomotrice qui l’atteint depuis plusieurs années mine sa santé. La Première Guerre mondiale le plonge dans un profond abattement, ses amis partis pour la plupart pour le Front, « Le Mercure » est fermé pendant un an. Sa maladie empire, il marche de plus en plus difficilement. Il publie encore quelques articles dans des journaux comme La France et La Dépêche de Toulouse.

« Nous avons été ensuite tous les trois (avec Mme de Brimont et Nathalie Clifford Barney) chez Rémy de Gourmont, rue des Saints-Pères, tout en haut d’un petit escalier où l’écrivain habite un modeste appartement uniquement rempli de livres. Je ne l’avais pas revu depuis 1892 ! Vêtu d’une robe qui avait l’air d’une bure, il ressemblait à un vieux capucin qui porte binocle mais un capucin studieux et avec cela boitant un peu et bégayant toujours. Il parle peu, trop peu et on ne se douterait guère qu’il soit l’auteur de tant d’articles et de livres sur tous les sujets (…) sur Huysmans : « il était d’une affreuse méchanceté » m’a dit en souriant Gourmont. Comme je lui parlais de son costume (il) reprit : « Toutes les robes de chambre ressemblent à des robes monacales ». »

— Abbé Arthur Mugnier, Journal, 10 mai 1915 (Mercure de France, 1985, p. 287)

.

Il meurt d’une congestion cérébrale le 27 septembre 1915 et est inhumé au cimetière du Père-Lachaise dans le tombeau de Clésinger.

Berthe de Courrière hérite de tous les manuscrits et de la bibliothèque de l’écrivain, qu’elle transmet au frère de celui-ci, Jean de Gourmont, lorsqu’elle meurt à son tour moins d’un an plus tard. Celui-ci s’attachera, pendant près de dix ans, à publier de nombreux inédits.

Poèmes

  • Litanies de la rose, Mercure de France, 1892.
  • Fleurs de jadis, Monnoyer imprimeur, 1893.
  • Hiéroglyphes, Mercure de France, 1894
  • Les Saintes du Paradis, images de G. d’Espagnat, Mercure de France, 1899.
  • Oraisons mauvaises, Mercure de France, 1900.
  • Simone, poème champêtre, Mercure de France, 1901.
  • Divertissements. Poèmes en vers, Crès, 1912.
  • Poésies inédites. Paris, François Bernouard, 1921.
  • Rimes retrouvées, Éditions du Fourneau, 1979.
  • L’Odeur des jacynthes, Éditions de la Différence, coll. « Orphée », anthologie poétique présentée par M. Houellebecq, 1991.

Romans et contes

  • Merlette, roman, Plon-Nourrit, 1886.
  • Sixtine, roman de la vie cérébrale, Albert Savine, 1890.
  • Le Fantôme, avec 2 lithographies d’Henry de Groux, 1893.
  • Le Château singulier, Mercure de France, 1894.
  • Proses moroses, contes, Mercure de France, 1894.
  • Histoire tragique de la princesse Phénissa, Mercure de France, 1894.
  • Histoires magiques, Mercure de France, 1894.
  • Le Pèlerin du silence, contes et nouvelles, Mercure de France, 1896.
  • Phocas, avec 3 dessins de Remy de Gourmont, collection de l’Ymagier, 1895.
  • Les Chevaux de Diomède, roman, Mercure de France, 1897.
  • D’un pays lointain. Miracles. Visages de femmes. Anecdotes, Mercure de France, 1898.
  • Le Songe d’une femme. Roman familier, roman, Mercure de France, 1899.
  • Une nuit au Luxembourg, roman, Mercure de France, 1906.
  • Un cœur virginal, roman. Couverture de Georges d’Espagnat. Paris, Mercure de France, 1907.
  • Couleurs, contes nouveaux suivi de Choses anciennes. Paris, Mercure de France, 1908.
  • Lettres d’un satyre. Paris, Crès, coll. « Les Maîtres du livre », 1913. Frontispice de Vibert.
  • Lettres à l’Amazone, frontispice de Vibert, Crès, 1914.
  • Monsieur Croquant, Crès, 1918. Réédité en annexe d’Esthétique de la langue française par les éditions Ivrea en 1995.
  • La Patience de Grisélidis. Illustrations de P. A. Moras. Paris, Éditions du Sagittaire, 1920.
  • Lettres à Sixtine. Mercure de France, 1921.
  • Le Vase magique. Paris, Le Divan, 1923.
  • Fin de promenade et trois autres contes. Paris, À l’enseigne de la Porte étroite, 1925.
  • Le Désarroi, roman, Éditions du Clown Lyrique, 2006. (écrit en 1899)

Théâtre

  • Lilith, Essais d’Art Libre, 1892.
  • Théodat, Mercure de France, 1893.
  • Le Vieux Roi, Mercure de France, 1897.
  • L’Ombre d’une femme, pièce en un acte et en prose, Champion, 1923.

Vanessa Mae…

Pour accompagner la pluie …

Oraisons mauvaises

Que tes mains soient bénies, car elles sont impures !
Elles ont des péchés cachés à toutes les jointures ;
Leur peau blanche s’est trempée dans l’odeur âpre des caresses
Secrètes, parmi l’ombre blanche où rampent les caresses,
Et l’opale prisonnière qui se meurt à ton doigt,
C’est le dernier soupir de Jésus sur la croix.

Que tes yeux soient bénis, car ils sont homicides !
Ils sont pleins de fantômes et pleins de chrysalides,
Comme dans l’eau fanée, bleue au fond des grottes vertes,
On voit dormir des fleurs qui sont des bêtes vertes,
Et ce douloureux saphir d’amertume et d’effroi,
C’est le dernier regard de Jésus sur la croix.

Que tes seins soient bénis, car ils sont sacrilèges !
Ils se sont mis tout nus, comme un printanier florilège,
Fleuri pour la caresse et la moisson des lèvres et des mains,
Fleurs du bord de la route, bonnes à toutes les mains,
Et l’hyacinthe qui rêve là, avec un air triste de roi,
C’est le dernier amour de Jésus sur la croix.

Que ton ventre soit béni, car il est infertile !
Il est beau comme une terre de désolation ; le style
De la herse n’y hersa qu’une glèbe rouge et rebelle,
La fleur mûre n’y sema qu’une graine rebelle,
Et la topaze ardente qui frissonne sur ce palais de joie,
C’est le dernier désir de Jésus sur la croix.

Que ta bouche soit bénie, car elle est adultère !
Elle a le goût des roses nouvelles et le goût de la vieille terre,
Elle a sucé les sucs obscurs des fleurs et des roseaux ;
Quand elle parle on entend comme un bruit perfide de roseaux,
Et ce rubis cruel tout sanglant et tout froid,
C’est la dernière blessure de Jésus sur la croix.

Que tes pieds soient bénis, car ils sont déshonnêtes !
Ils ont chaussé les mules des lupanars et des temples en fête,
Ils ont mis leurs talons sourds sur l’épaule des pauvres,
Ils ont marché sur les plus purs, sur les plus doux, sur les plus pauvres,
Et la bouche d’améthyste qui tend ta jarretière de soie,
C’est le dernier frisson de Jésus sur la croix.

Que ton âme soit bénie, car elle est corrompue !
Fière émeraude tombée sur le pavé des rues,
Son orgueil s’est mêlé aux odeurs de la boue,
Et je viens d’écraser dans la glorieuse boue,
Sur le pavé des rues, qui est un chemin de croix,
La dernière pensée de Jésus sur la croix.

Rémy de Gourmont

Symphonie en bleu…

Après mes toiles rouges …quelques  bleues

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441