Les différences (3)

Ne vous avais-je pas promis

de vous parler de

SEXE ?

Eh bien ,

nous y voici …

 

OU LE SEXE SE LOGE-T-IL DANS LE CERVEAU ???

 

Votre centre du sexe est situé dans l’hypothalamus.

C’est la partie du cerveau qui contrôle également les émotions,

le rythme cardiaque et la pression sanguine.

L’hypothalamus a la taille d’une cerise.

Il pèse environ 4,5grammes

et est plus gros

chez les hommes que chez les femmes.

C’est l’endroit dans lequel les hormones,

notamment la testostérone, stimulent le désir sexuel.

Sachant que les hommes

ont dix à vingt fois plus de testostérone que les femmes

et sont dotés d’un plus grand hypothalamus,

cela explique à l’évidence

pourquoi le désir sexuel des hommes est si puissant.

C’est la raison pour laquelle les hommes

peuvent faire l’amour pratiquement n’importe quand

et quasiment n’importe où.

Ajoutez à cela l’encouragement social

dont ont bénéficié depuis des générations les hommes

pour « jeter leur gourme » et

l’anathème jetée par la société sur les femmes

sexuellement actives ou aux « mœurs légères »,

il n’est franchement pas étonnant de constater

que la différence de comportement vis-à-vis des choses du sexe

a toujours été une pomme de discorde entre

les hommes et les femmes.


POURQUOI LES HOMMES NE PEUVENT PAS SE RETENIR…


L’appétence sexuelle impulsive et enthousiaste des hommes

a un objectif clair :

assurer la survie de l’espèce.

Comme la plupart des autres mammifères mâles,

l’homme,

pour garantir son succès,

a dû évoluer en fonction de plusieurs éléments.

D’abord,

son désir sexuel devait être très concentré

sans être facilement distrait.

Cela lui permettait de faire l’amour

dans n’importe quelles conditions,

comme la présence à proximité d’ennemis potentiels menaçants,

ou dans n’importe quel endroit

où pouvait se présenter une occasion sexuelle.

(je parle ici de l’historique bien évidemment!)

Aux Etats-Unis,

le plus grand centre mondial de recherche sur le sexe,

l’Institut Kinsey,

soutient que, sans règle sociale,

pratiquement tous les hommes auraient des mœurs légères,

comme 80% de toutes les sociétés humaines l’ont été

depuis que l’homme est homme.

Toutefois,

depuis l’avènement de l’ère de la monogamie,

le besoin biologique des hommes a provoqué

des tensions constantes chez les couples

essayant de bâtir une relation durable

et il est la cause numéro un

des problèmes des relations modernes.


POURQUOI LES FEMMES SONT FIDÈLES…

Les femmes dans leur ensemble,

ont considérablement moins de désir sexuel que les hommes

et sont moins agressives.

Alors,

pourquoi Mère Nature n’a-t-elle pas fait de la femme

une nymphomane enragée pour assurer la perpétuation de l’ espèce?

La réponse tient dans la longue période de temps nécessaire

pour concevoir et élever un enfant jusqu’à l’auto suffisance.

Les femmes sont physiquement limitées

pendant une grande partie de la période de grossesse.

Et il faut au moins cinq ans avant qu’une petit d’homme

puisse se nourrir ou se défendre seul.

Pour cette raison ,

les femmes étudient très attentivement les caractéristiques

d’un père potentiel telles que sa capacité à fournir nourriture

et abri et combattre les ennemis.

Certains hommes pensent que le rôle de parent

s’arrête à la conception…

Le cerveau d’une femme est programmé

pour trouver un homme qui prendra l’engagement

de rester suffisamment longtemps pour s’occuper de ses enfants.

Cela se reflète  ce que recherchent les femmes

dans un partenaire au long cours.


LES HOMMES SONT DES CUISINIÈRES ET LES FEMMES DES FOURS A GAZ…

Le désir sexuel masculin est comme un four à gaz:

il s’allume instantanément et

fonctionne à pleine capacité en quelques secondes,

et peut s’éteindre tout aussi instantanément une fois que …

le plat est cuit!

Le désir sexuel féminin,

lui,

fonctionne comme un four électrique:

il chauffe doucement jusqu’à sa température maximale

et il lui faut beaucoup plus de temps pour refroidir.

Le niveau de testostérone d’un homme

décroit lentement avec l’âge

et sa libido décroit en conséquence.

Le désir sexuel moyen chez la femme

augmente progressivement pour atteindre un pic

entre 36 et 38ans,

ce qui explique le syndrome du

« gigolo »

ou l’attirance que fait naitre les jeunes hommes

chez les femmes plus âgées.

Les jeunes hommes ont les performances physiques

dont rêvent les femmes plus âgées.

Les performances sexuelles d’un homme de 20ans

sont plus compatibles avec une femme de la quarantaine,

de même que la libido d’un homme dans la quarantaine

est compatible avec celle d’une femme entrant dans la vingtaine,

ce qui explique la combinaison homme plus âgé et femme plus jeune.

D’ordinaire

il y a une différence d’une vingtaine d’années

entre ces deux combinaisons vieux/jeune.

Quand nous disons que la libido d’un homme

atteint son pic à 20ans puis décline très doucement ensuite,

nous parlons de son niveau de performance physique.

L’intérêt qu’il porte au sexe reste très élevé

pratiquement toute sa vie,

ce qui veut dire qu’il peut tout autant s’intéresser à la chose

à 70ans qu’il l’était à 30ans

mais que ses performances ne seront pas aussi élevées.

Une femme peut s’intéresser au sexe

à la fin de son adolescence,

mais n’a qu’un désir limité pour le sexe.

Elle peut avoir le même intérêt à la trentaine,

mais à ce moment là,

elle éprouve également un désir plus grand.


POURQUOI NOUS NOUS DISPUTONS A PROPOS DU SEXE…

La libido peut évidemment varier d’un individu à l’autre,

mais,

nous ne parlons que des désirs sexuels typiques

de la plupart des gens.

Une femme en tant qu’individu

peut avoir une forte libido

tandis qu’un homme peut montrer un appétit sexuel limité,

mais ce sont des cas minoritaires

qui ne reflètent pas la grande majorité.

Dans l’absolu

la plupart des hommes ont une libido forte

et la plupart des femmes ont une libido plus faible.

Une étude de l’Institut Kinsey a montré que 37% des hommes

pensaient au sexe toutes les 30 minutes,

alors que seulement 11% des femmes

y pensent aussi souvent.

Pour un homme

un fort dosage continu de testostérone

maintient sa libido à un haut niveau

et c’est pourquoi,

lorsqu’il s’agit de sexe,

il est toujours prêt.

Quand il s’agit de sexe,

les femmes ont besoin d‘une raison,

les hommes d’un endroit

Jusqu’au début de la quarantaine,

une femme se plaindra de la pression qu’elle subit

du fait qu’un homme réclamera constamment de faire l’amour,

provoquant ressentiment chez l’un et chez l’autre.

Elle l’accusera souvent de « se servir » d’elle.

Ce n’est qu’après,

à la quarantaine,

que le désir sexuel de la femme correspond à celui de l’homme,

voire le surpasse.

Cet appétit sexuel est la manière dont la nature

la pousse une dernière fois à la fécondation

avant l’arrivée de la ménopause.

Un homme,

au début de la quarantaine,

se retrouve souvent pris par surprise par cette inversion des rôles.

Son désir sexuel

peut-être plus faible que celui d’une femme du même âge

alors que l’assurance de cette femme peut-être plus forte.

De nombreux hommes se plaignent de devoir

« fournir à la commande ».

La balle ainsi se retrouve dans l’autre camp, si l’on peut dire.

La plupart des gens ne se préoccupent pas de ces différences

et chacun attend de l’autre qu’il comprenne ses besoins,

mais ce n’est pas ainsi que la nature l’a prévu.

Les hommes et les femmes ont des appétits sexuels différents,

et la plupart des couples connaissent des niveaux de désir sexuel

à différents moments de la semaine,

du mois ou de l’année.

Il peut être de bon ton de suggérer

que les hommes et les femmes modernes

s’intéressent de manière égale au sexe,

ou que les couples normaux

s’entendent parfaitement de ce point de vue,

mais ce n’est pas le cas dans la réalité.

Malgré ce que les poètes écrivent

et ce que peuvent penser les romantiques,

l’appétit sexuel est le résultat d’un cocktail hormonal

fabriqué par le cerveau.

La testostérone est la principale hormone

qui crée le sentiment que nous appelons désir sexuel et,

l’amour est une combinaison de réactions chimiques et électriques.

Ceux qui pensent que l’amour

passe entièrement par la tête ont en partie raison.

Pour les femmes,

les facteurs psychologiques tels que la confiance,

la proximité et le bien-être général

se combinent ensemble pour créer les conditions

dans lesquelles le cocktail hormonal est libéré par le cerveau.

Les hommes,

eux,

peuvent libérer ce cocktail n’importe où,

n’importe quand.

Çà vous intéresse ?


Alors la prochaine fois,

(non!)

Nous ne passerons pas aux travaux pratiques,

mais

d’autres lumières seront allumées

pour mieux vous faire comprendre…


CES DIFFERENCES…

Publicités

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441