Incertitudes…

 

J’ai peur de vous frôler, irrésistible joute,

Peur de Votre regard quelque peu ironique,

De ce discret rictus témoin de Votre force

Dicté comme un sourire pour mieux m’intimider …

Peur de Votre stature qui prend mon horizon

En mettant des frontières au bord de mes possibles …

Peur de Votre visage qui s’imprime sur mon âme,

Me marquant tel un fer, rougi de vos désirs …

J’ai peur de Vos silences qui attendent mes craintes,

Vos phrases assassines, doux bruissements de soie

Qui me laissent sans voix lorsqu’elles touchent la cible …

J’ai peur de Vos absences, moments d’éternité,

Du manque qui s’installe quand le besoin me gagne …

J’ai peur de Vos attentes lorsque je m’attendris,

Lorsque Vous suppliez quand je n’ose répondre …

Peur de Vos connaissances qui ne m’habitent pas,

De Vos moments d’oubli qui ne me parlent pas,

De Vos plis sur le front que je ne comprends pas …

J’ai peur de Vous griffer de mes incertitudes,

De ne pouvoir donner à Vos rêves secrets,

Ces rubans de parfum cernant l’inoubliable …

J’ai peur de Vous froisser, chiffonnant Votre vie

En milliers de pliures, indélébiles marques,

Ecriture cicatrice du livre de mon cœur …

J’ai peur de Vous peiner, Vous parant de chagrin,

Exigeant tout de Vous, ultimatum d’Amour …

Peur de Vos doutes aussi, qui marchent dans ma nuit,

Et peur de me cacher, piétinant mes sanglots

Pour Vous faire croire aux rires et ne pas Vous troubler …

Peur de Vous égarer, de Vous perdre de moi …


Si ce jour là se devait d’arriver,

Vous gardant ma pensée,

Et relisant ces pages,

Je n’aurais plus de doutes,

Je n’aurais plus de peurs,

Et plus d’incertitudes …


Alors,

Avec Amour,

Je Vous inventerais,

Vous mettrais dans ma vie,

Pour

Tout

Recommencer …

 

http://www.copyrightdepot.com/cd17/00049441.htm

Publicités

Aimer …

Je me suis mise à réfléchir sur cette petite phrase,

qui peut sembler anodine,

mais qui représente de nos jours

une des principales causes

de séparation dans un couple :

Je t’aime, mais je ne suis plus amoureux!

Dans le passé,

les couples se séparaient la plupart du temps

parce qu’ils en arrivaient à se détester

et ne se supportaient plus.

De nos jours,

les séparations interviennent plutôt par une lassitude,

un ennui, bref : un manque d’amour.

Jadis l’amour était l’un des ingrédients d’une relation heureuse

car on pouvait rester ensemble pour d’autres raisons,

le qu’en dira-t-on,

les raisons économiques,

les raisons familiales,

le bien être des enfants …

Mais aujourd’hui,

les couples cherchent  plutôt à vivre une relation

à la fois passionnée et enrichissante.

Il est vrai que à l’heure actuelle

on consacre beaucoup plus de temps au travail

pour être de plus en plus productif

et atteindre un niveau de vie de plus en plus élevé,

l’amour demeure donc le « refuge » du bonheur,

et cela vient ajouter beaucoup de pression

à notre vie sentimentale.

Mais encore faut-il avoir une idée bien précise

de ce qu’est l’amour et

de ce qui favorise ce sentiment.

Quand tout va bien, on se détend.

On laisse l’amour adoucir les soucis quotidiens

sans trop se poser de questions….

tout çà c’est très bien jusqu’à ce que l’amour disparaisse

et que le couple se demande ce qui lui arrive.

Alors,

l’un des partenaires ne sait pas expliquer pourquoi

il a toujours des sentiments mais n’est plus amoureux,

et l’autre veut savoir où ils ont échoué.

Bien souvent

les deux partenaires d’un couple se parlent d’amour …

mais ils en ont une définition différente.

Tant qu’ils ne se mettront pas d’accord

sur la définition de l’amour,

leur conversation tournera en rond

et

il y aura mésentente.

La plupart des chansons populaires parlent d’amour

de même que la plupart des romans et des films,

et c’est là que nos esprits s’embrouillent.

On devrait pouvoir comprendre l’amour

ou tout au moins le définir…

On aime nos mères, nos enfants, nos amis …

et même le chocolat !

L’amour peut aussi bien décrire la folie

qui fait tourner la tête les premiers jours que,

dix ans plus tard,

le fait de se tenir par la main en toute confiance.

Y aurait-il un seul petit mot qui expliquerait cette diversité d’émotions ?

Le dictionnaire ne nous aide pas beaucoup.

Il ya deux bonnes douzaines de définitions ayant trait

à l’affection,

à la tendresse,

à l’attirance,

à l’attention,

à l’amourette,

à l’appréciation de quelqu’un,

au désir que l’on a pour lui…

Or

il y a un immense fossé entre

« apprécier »  et « s’éprendre »

de quelqu’un.

Le problème c’est qu’il n’y a qu’un mot

pour parler de trois sentiments très distincts :

les débuts :« la passion de la lune de miel »,

l’intimité: construction au fil des années,

l’instinct protecteur : à l’égard des liens familiaux.

Il faut donc employer un autre vocabulaire

pour nommer ces différences

et ainsi

mieux comprendre la nature de ces sentiments.

En 1970, Dorothy Tennov, psychologue expérimentale

a voulu comprendre ce qui se passait

quand quelqu’un tombait amoureux.

Elle a été surprise de découvrir

que les pères fondateurs de sa discipline étaient peu nombreux.

Freud a rejeté l’amour romantique

au rand du simple blocage de la pulsion sexuelle,

tandis que le sexologue Havelock Ellis,

a réduit ces émotions compliquées

à une équation : amour=sexe+amitié.

Dorothy Tennov a donc conduit des entretiens avec

500 individus et,

malgré les différences d’âge,

d’orientation sexuelle et d’origine,

elle a trouvé une similarité stupéfiante

dans la description que chacun faisait des sentiments

ressentis pendant les premiers jours d’une histoire d’amour.

Voici les descriptions

les plus courantes de l’état amoureux :

Pensée intrusive :

impossible de penser à autre chose qu’à la personne aimée

Douleur au cœur :

moments d’incertitude

Sensation de flotter sur un nuage:

la pensée que l’autre est aussi amoureux que vous

Sensibilité accrue:

Peur d’être rejeté

Timidité déstabilisante:

en présence de l’être aimé

Blocage sur cet état:

tout le reste est sans importance

Idéalisation de l’autre :

on aime ses défauts, ce sont les « siens »

Délice suprême:

même s’il y a souffrance potentielle.

Ces mêmes sentiments sont ressentis

durant cette phase du début à travers le monde entier,

aussi bien décrits par les hommes que par les femmes

avec la même intensité.

Dorothy Tennov a nommé cet état bien spécial : la « limerence »

Plein de questions alors me viennent à l’esprit:

Combien de temps dure-telle?

Finit-elle par disparaitre totalement?

Si elle durait toujours, serait-elle agréable à vivre?

Que devient l’amour après la limerence ?

Peut-on retrouver cet état dans son couple?

Ce sujet vous intéresse ?

Alors …

On en reparle ?

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441