Refuges

Au bord tristement doux des eaux, je me retire,
Et vois couler ensemble, et les eaux, et mes jours ;
Je m’y vois sec et pâle, et si j’aime toujours
Leur rêveuse mollesse où ma peine se mire.

Au plus secret des bois je conte mon martyre,
Je pleure mon martyre en chantant mes amours,
Et si* j’aime les bois, et les bois les plus sourds,
Quand j’ai jeté mes cris, me les viennent redire.

Dame dont les beautés me possèdent si fort,
Qu’étant absent de vous je n’aime que la mort,
Les eaux en votre absence, et les bois me consolent.

Je vois dedans les eaux, j’entends dedans les bois,
L’image de mon teint, et celle de ma voix,
Toutes peintes de morts qui nagent, et qui volent.


Jacques Davy du Perron (1555-1618)
Prélat français, théologien et diplomate, né à Saint-Lô en Normandie le 25 novembre 1556 et mort à Batignolles, une banlieue de Paris le 5 septembre 1618.
Calviniste, il vint à Paris poursuivre ses études et se convertit au catholicisme (1577). Il entra dans les ordres en 1593 et fut nommé évêque d’Évreux grâce à Henri IV dont il fut l’ambassadeur à Rome. Il obtint du pape Clément VIII la levée de l’interdit lancé contre la France (1595). Cardinal (1604), archevêque de Sens (1606) et membre du Conseil de régence (1610), Du Perron est connu pour la fameuse conférence qu’il prononça contre les thèses calvinistes de Duplessis-Mornay (Fontainebleau, 1600). Son œuvre littéraire comprend des traductions en français de psaumes, des poèmes officiels, des traités religieux (dont un Traité de l’eucharistie), des oraisons funèbres, dont celle de Ronsard.
Publicités

La Coccinelle

Elle me dit : Quelque chose
Me tourmente. Et j’aperçus
Son cou de neige, et, dessus,
Un petit insecte rose.
J’aurais dû – mais, sage ou fou,
A seize ans on est farouche,
Voir le baiser sur sa bouche
Plus que l’insecte à son cou.
On eût dit un coquillage ;
Dos rose et taché de noir.
Les fauvettes pour nous voir
Se penchaient dans le feuillage.
Sa bouche franche était là :
Je me courbai sur la belle,
Et je pris la coccinelle ;
Mais le baiser s’envola.
– Fils, apprends comme on me nomme,
Dit l’insecte du ciel bleu,
Les bêtes sont au bon Dieu,
Mais la bêtise est à l’homme.

Victor HUGO  

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441