Pour les inconditionnels

Très beau également,

l’interprétation de Benjamin Biolay ….

Publicités

Marceline et Julien Clerc

Un jour Bertrand de Labbey l’agent de Julien,

lui fait découvrir le poème

« Les séparés ».

Julien tombe sous le charme et composera une mélodie

et l’interprétera dans l’album intitulé « Julien » qui sort en 1997.
A noter que dans la version enregistrée dans le CD « Julien »,

le texte est erroné.

Julien Clerc chante: « n’écris pas ces deux mots que je n’ose plus lire« .

Le petit livret accompagnant le CD reproduira également la même erreur.

Julien se rendit compte qu’il s’agissait bien de douceurs et non de chiffres,

et se corrigea lors de sa tournée pour chanter:

« N’écris pas ces doux mots que je n’ose plus lire « 

comme l’auteur l’avait initialement écrit.

Julien remporte avec cette chanson,

en 2003

le Prix Rolf Marbot décerné par la Sacem.

Dans l’album « Du temps pour toi »

Isabelle Boulay a chanté ce titre en duo avec Julien Clerc

N’écris pas – Je suis triste, et je voudrais m’éteindre
Les beaux été sans toi, c’est la nuit sans flambeau
J’ai refermé mes bras qui ne peuvent t’atteindre,
Et frapper à mon coeur, c’est frapper au tombeau
N’écris pas !

.

N’écris pas – N’apprenons qu’à mourir à nous-mêmes
Ne demande qu’à Dieu … qu’à toi, si je t’aimais !
Au fond de ton absence écouter que tu m’aimes,
C’est entendre le ciel sans y monter jamais
N’écris pas !

.

N’écris pas – Je te crains; j’ai peur de ma mémoire;
Elle a gardé ta voix qui m’appelle souvent
Ne montre pas l’eau vive à qui ne peut la boire
Une chère écriture est un portrait vivant
N’écris pas !

.

N’écris pas ces mots doux que je n’ose plus lire :
Il semble que ta voix les répand sur mon coeur;
Et que je les voix brûler à travers ton sourire;
Il semble qu’un baiser les empreint sur mon coeur
N’écris pas !

Marceline Desbordes-Valmore


Le rendez-vous

Il m’attend! Je ne sais quelle mélancolie

Au trouble de l’amour se mêle en cet instant;

Mon cœur s’est arrêté sous ma main affaiblie;

L’heure sonne au hameau; je l’écoute… et pourtant

Il m’attend!

.

Il m’attend! D’où vient donc que dans ma chevelure

Je ne puis enlacer les fleurs qu’il aime tant?

J’ai commencé deux fois sans finir ma parure,

Je n’ai pas regardé le miroir… et pourtant

Il m’attend!

.

Il m’attend! Le bonheur recèle-t-il des larmes?

Que faut-il inventer pour le rendre content?

Mes bouquets, mes aveux, ont-ils perdu leurs charmes?

Il est triste, il soupire, il se tait… et pourtant

Il m’attend!

.

Il m’attend! Au retour serai-je plus heureuse?

Quelle crainte s’élève en mon sein palpitant?

Ah! Dût-il me trouver moins tendre que peureuse,

Ah! Dussé-je en pleurer, viens, ma mère… et pourtant

Il m’attend!

.

Marceline Desbordes-Valmore

Confidence

Je m’aperçois que

Marceline Desbordes-Valmore

est loin de vous laisser indifférents …

Femme de lettres et actrice française (1786-1859)

Elle fut la première grande poétesse romantique

et elle introduisit en France l’usage du vers impair.

Comme  je vous comprends!

Elle est mon poète préféré

Je suis ravie de vous l’avoir fait découvrir 

Puisque vous aimez,

je vais donc dédier cette semaine à cette grande Dame de la poèsie

en éditant quelques uns de ses plus beaux textes 

J’espère que vous apprécierez!

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441