La voix d’un Ami

Si tu n’as pas perdu cette voix grave et tendre
Qui promenait mon âme au chemin des éclairs
Ou s’écoulait limpide avec les ruisseaux clairs,
Eveille un peu ta voix que je voudrais entendre.
.
Elle manque à ma peine, elle aiderait mes jours.
Dans leurs cent mille voix je ne l’ai pas trouvée.
Pareille à l’espérance en d’autres temps rêvée,
Ta voix ouvre une vie où l’on vivra toujours !
.
Souffle vers ma maison cette flamme sonore
Qui seule a su répondre aux larmes de mes yeux.
Inutile à la terre, approche-moi des cieux.
Si l’haleine est en toi, que je l’entende encore !
.
Elle manque à ma peine ; elle aiderait mes jours.
Dans leurs cent mille voix je ne l’ai pas trouvée.
Pareille à l’espérance en d’autres temps rêvée,
Ta voix ouvre une vie où l’on vivra toujours !

Publicités

Élégies à celles qui pleurent …

Vous surtout que je plains si vous n’êtes chéries,

Vous surtout qui souffrez, je vous prends pour mes sœurs

C’est à vous qu’ elles vont, mes lentes rêveries,

Et de mes pleurs chantés les amères douceurs.

Prisonnière en ce livre une âme est contenue.

Ouvrez, lisez : comptez les jours que j’ai soufferts.

Pleureuses de ce monde où je passe inconnue,

Rêvez sur cette cendre et trempez-y vos fers.

Chantez ! Un chant de femme attendrit la souffrance.

Aimez ! Plus que l’amour la haine fait souffrir.

Donnez ! La charité relève l’espérance :

Tant que l’ on peut donner on ne veut pas mourir !

Si vous n’avez le temps d’écrire aussi vos larmes,

Laissez-les de vos yeux descendre sur ces vers.

Absoudre, c’est prier. Prier, ce sont nos armes.

Absolvez de mon sort les feuillets entr’ouverts !

Pour livrer sa pensée au vent de la parole,

S’il faut avoir perdu quelque peu sa raison,

qui donne son secret est plus tendre que folle :

Méprise-t-on l’oiseau qui répand sa chanson ?

Marceline Desbordes Valmore

Qu’en avez-vous fait ?

Vous aviez mon coeur,
Moi, j’avais le vôtre :
Un coeur pour un coeur ;
Bonheur pour bonheur !
.
Le vôtre est rendu,
Je n’en ai plus d’autre,
Le vôtre est rendu,
Le mien est perdu !
.
La feuille et la fleur
Et le fruit lui-même,
La feuille et la fleur,
L’encens, la couleur :
.
Qu’en avez-vous fait,
Mon maître suprême ?
Qu’en avez-vous fait,
De ce doux bienfait ?
.
Comme un pauvre enfant
Quitté par sa mère,
Comme un pauvre enfant
Que rien ne défend,
.
Vous me laissez là,
Dans ma vie amère ;
Vous me laissez là,
Et Dieu voit cela !
.
Savez-vous qu’un jour
L’homme est seul au monde ?
Savez-vous qu’un jour
Il revoit l’amour ?
.
Vous appellerez,
Sans qu’on vous réponde ;
Vous appellerez,
Et vous songerez !…
.
Vous viendrez rêvant
Sonner à ma porte;
Ami comme avant,
Vous viendrez rêvant.
.
Et l’on vous dira :
 » Personne !… elle est morte. « 
On vous le dira ;
Mais qui vous plaindra ?

Marceline Desbordes Valmore

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441