Hilda

Je ne sais si vous connaissez le personnage

frais et savoureux 

du peintre

Duane Bayers.

Elle s’appelle

Hilda

Je vous la présente

dans ses occupations journalières ,

histoire de vous faire  sourire 

en cette fin d’après-midi …

Hilda est une petite bonne-femme,

rondelette à souhait,

gracieuse et pulpeuse…

Toujours beaucoup de mal à s’extirper de sa couette,

Hilda est une bonne dormeuse!

Voyant que le soleil était déjà levé depuis bien longtemps,

elle alla prendre son bain,

moment qu’elle appréciait divinement !

Et ce matin,

ayant des envies de folâtrer dans la nature,

elle ne traina pas et termina bien vite sa toilette ….

Hilda avait tout bonnement décidé qu’aujourd’hui,

c’était le temps idéal pour s’offrir

une partie de campagne,  et aller se baigner

Elle prit donc tout son attirail de parfaite vacancière 

et se dirigea vers l’étang

Elle voulut s’arrêter pour faire quelques croquis,

(c’est une passionnée d’aquarelles ),

  mais un importun voulut s’inviter.

ce n’était pas pour lui plaire et bien vite

elle quitta le champ pour continuer son chemin,

sans oublier de ramasser quelques pommes

Arrivée sur le bord de l’étang,

elle prit la température de l’eau du bout du doigt de pied!

brrr… pas chaud!

Un miaulement l’attira vers la gauche,

elle vit un chat errant se cachant

dans une carcasse de vieux fût en taule,

minou..minou…

Prenant son courage à deux mains,

elle se décida à plonger d’un coup !

Elle en fit peur aux canards…

C’était si peu profond,

qu’elle se retrouva à genoux sur une vieille roue de charrette noyée là,

 nez à nez avec une famille poisson aussi étonnée qu’elle!

Puis, sur la berge, un écureuil attira son attention .

Telle une curieuse elle prit quelques risques d’équilibre…

Tout compte fait,

elle préféra s’allonger et prendre un peu le soleil

Décidément, aujourd’hui,

rien ne  va comme elle le voudrait :

la voilà sauvagement attaquée par une guêpe!!!

De rage elle décida de rentrer faire un peu de jardinage!

Elle allait encore attraper un tour de rein…

Il fallait aussi rentrer les citrouilles ….

Encore à brûler les feuilles et j’ai fini !

Elle ne pensait qu’à une chose :

un bon livre dans son fauteuil …

.

Alors, fatiguée…

Elle décida de rentrer, se mit à l’aise,

et prit sa guitare pour se calmer les nerfs!

Une fois retrouvé son calme,

elle prit enfin son livre

et passa un merveilleux moment avec son héros…

Finalement, se dit-elle:

quelle belle journée tout de même !

Elle est pas belle la vie ?

Jalousie … quand tu nous tiens!

 

La jalousie est souvent considérée d’emblée comme une émotion malsaine. En réalité, il s’agit d’une émotion au même titre que les autres, ni saine ni malsaine en soi. Sa fonction est la même que celle des autres émotions: nous renseigner sur nos besoins. Ce qui pose un problème dans le cas de la jalousie, comme avec certaines autres émotions, ce sont plutôt les conduites morbides et dangereuses qui en découlent souvent.

.

L’amour peut-il exister sans la jalousie? Lorsque nous choisissons d’accorder à quelqu’un une place prépondérante dans la satisfaction de nos besoins affectifs les plus importants, nous disons que nous aimons cette personne. Or cette place de choix correspond à une dépendance qui conduit facilement à la jalousie. On peut donc dire que l’amour et la jalousie sont des expériences indissociables.

Mais la jalousie n’est pas un problème en soi. Elle n’est que l’indice de la présence d’un problème; elle naît avec l’insatisfaction et l’insécurité. On éprouve de la jalousie lorsqu’on n’est plus satisfait auprès de la personne qu’on a choisi de privilégier et plus particulièrement lorsqu’on craint de perdre cette source de satisfactions importantes.

La jalousie peut donner lieu à des comportements destructeurs qui sabotent les fondements de la relation. Mais elle peut aussi servir de déclencheur pour nous amener à régler les problèmes personnels et conjugaux qui en sont la vraie source. C’est à nous de choisir entre la jalousie-émotion et l’existence jalouse.

.

L’émotion de jalousie amoureuse est une expérience précieuse. L’envie qu’elle contient nous informe sur nos besoins en souffrance. La part de colère qui en fait également partie constitue une porte d’entrée sur nos problèmes personnels par rapport à ces besoins ainsi que sur nos résistances à ceux-ci.

Comme toutes les émotions, la jalousie n’est donc ni mauvaise ni bonne en soi, même si c’est une émotion souffrante. Sa mission spécifique consiste à révéler à la fois un besoin frustré et les obstacles intrapsychiques à leur satisfaction. Un contact adéquat avec cette émotion ne conduit pas aux gestes destructeurs qu’on associe à tort à l’agressivité qui fait partie de la jalousie. Au contraire, il permet de régler le problème qui suscite cette émotion.

L’existence jalouse

.

L’existence jalouse est une toute autre chose que la jalousie en tant qu’émotion. Je désigne par cette expression l’ensemble des attitudes et des comportements malsains d’une personne qui éprouve une jalousie: manifestation d’agressivité à répétition, suspicions, intrusions, manipulation, harcèlement. Dans des cas extrêmes, la jalousie ainsi vécue peut même conduire à l’homicide.

.

L’existence jalouse est une sorte d’existence « morte » et sans issue à cause des deux conduites qui la caractérisent: le camouflage du vécu et le contrôle du partenaire. Dans certains cas, on retrouve ces comportements à la fois chez le jaloux et son conjoint. Ce dernier se fait plus ou moins volontairement, complice de cette existence jalouse .

.

Ce ne sont pas les comportements du conjoint qui sont à l’origine de l’existence jalouse ou de la jalousie morbide, mais ce sont des lacunes au plan des besoins affectifs et une déficience dans la gestion de ces besoins. Plus précisément, la jalousie apparaît lorsqu’il y a à la fois carence affective et refus obstiné de se mobiliser pour combler cette insuffisance .
.
Que la carence soit importante et date de l’enfance n’a pas d’importance en soi. Ce qui importe, c’est que le jaloux n’arrive pas à s’occuper adéquatement de ses manques actuels. Il est donc normal que sa jalousie soit activée lorsqu’il voit son conjoint donner à un autre (même parfois ses propres enfants) ce que lui-même désirerait recevoir.
.
De plus, l’absence de satisfaction peut amener le jaloux à rêver de situations où ses besoins seraient comblés. Mais il n’assume pas les fantasme d’infidélité qui naissent en lui. Il les projette plutôt à l’extérieur en les attribuant à son conjoint. Il est capable de faire cette projection en toute inconscience parce qu’il est incapable d’assumer l’ensemble de son expérience de vie amoureuse: ses manques, ses désirs et les fantasmes qu’ils suscitent. La projection sert alors de moyen pour se défendre contre sa propre expérience qu’il n’est pas disponible à assimiler. Elle lui évite d’avoir à tourner son regard vers l’intérieur pour se comprendre.

.

Comment sortir de la jalousie

 

En gros on peut affirmer que c’est le contraire du camouflage et du contrôle qui permet de corriger une existence jalouse.

.

Le conjoint

.

L’existence jalouse ne pourra pas prendre d’ampleur si le conjoint n’en est pas complice. Pour éviter d’y contribuer, il doit devenir conscient de ce qu’il vit. S’il est infidèle d’une manière ou d’une autre, il importe qu’il identifie les besoins qu’il comble dans cette autre relation. Il faut également qu’il assume ses sentiments autant que ses désirs et ses actes. Enfin, il doit être prêt à parler ouvertement de tout cela à son conjoint.

Le jaloux tente toujours de rendre l’autre responsable de ses souffrance et de la détérioration de la relation. Conséquemment, le conjoint doit résister fermement à prendre sur lui les responsabilités qui ne lui appartiennent pas. Il doit même s’efforcer de remettre à l’autre celles qui lui appartiennent.

Il doit aussi refuser d’être coupable là où, selon sa conscience, il ne l’est pas. Mais dans la mesure où ses sentiments et ses actes sont assumés, il est peu perméable à la culpabilité.

Enfin, le conjoint doit être convaincu que la première fidélité est celle qu’il se doit à lui-même. Ce qui signifie que sa vitalité de même que celle du couple est tributaire de sa fidélité à son expérience totale. La manipulation a peu de prise sur celui qui tient avant tout à se respecter

.

Le jaloux

.

La première chose que le jaloux doit faire pour sortir de son existence jalouse, c’est exactement ce qu’il s’abstient généralement de faire, c’est-à-dire chercher les motifs personnels de sa jalousie. Ce n’est pas une tâche facile, mais c’est une démarche essentielle pour régler le problème de la jalousie morbide. En général la psychothérapie s’impose pour ce travail car il manque sérieusement de lucidité et de responsabilité par rapport à son expérience.

Cette recherche personnelle lui permet d’abord d’identifier ses besoins insatisfaits. Elle favorise aussi une meilleure compréhension des comportements aberrants qu’il considère habituellement comme de bonnes façons d’obtenir satisfaction. C’est également une occasion de reconnaître ses responsabilités concrètes dans la satisfaction de ses besoins.

Enfin, cette recherche met en lumière ses résistances à assumer ses besoins devant son conjoint, de même que les peurs que sous-tendent ces résistances. Avec l’aide de la psychothérapie, il peut explorer ses résistances et ses peurs, une condition indispensable pour les affronter efficacement et sortir de son existence jalouse.

.

En fait…

.

La jalousie, lorsqu’elle devient un mode relationnel, est l’arme la plus puissante pour détruire radicalement une relation et aliéner les deux personnes qui y sont impliquées. Parce qu’elle mise essentiellement sur l’évitement d’un dialogue sincère, sur la fuite des responsabilités de chacun devant la satisfaction de ses besoins et sur une tentative de contrôle motivée avant tout par le déni de son expérience réelle, l’existence jalouse est une recette infaillible pour conduire au malheur.

.

Mais si on choisit de regarder vraiment les problèmes importants et les insatisfactions graves qu’elle reflète, la jalousie peut devenir la manifestation de nos forces vitales les plus profondes. Si on repousse la tentation du contrôle illusoire et si on choisit la voie de la conscience lucide, la jalousie devient l’alliée de la relation, le signal qui permet de résoudre les problèmes avant qu’il soit trop tard.

Khalil Gibran, écrivain, peintre, sculpteur

Quand l’amour vous fait signe, suivez le.

Bien que ses voies soient dures et rudes.

Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui.

Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser.

Et quand il vous parle, croyez en lui.

Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste vos jardins.

Car de même que l’amour vous couronne, il doit vous crucifier.

De même qu’il vous fait croître, il vous élague.

De même qu’il s’élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus délicates qui frémissent au soleil,

Ainsi il descendra jusqu’à vos racines et secouera leur emprise à la terre.

Comme des gerbes de blé, il vous rassemble en lui.

Il vous bat pour vous mettre à nu.

Il vous tamise pour vous libérer de votre écorce.

Il vous broie jusqu’à la blancheur.

Il vous pétrit jusqu’à vous rendre souple.

Et alors il vous expose à son feu sacré, afin que vous puissiez devenir le pain sacré du festin sacré de Dieu.

Toutes ces choses, l’amour l’accomplira sur vous afin que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur, et par cette connaissance devenir une parcelle du cœur de la Vie.

Mais si, dans votre appréhension, vous ne cherchez que la paix de l’amour et le plaisir de l’amour.

Alors il vaut mieux couvrir votre nudité et quitter le champ où l’amour vous moissonne,

Pour le monde sans saisons où vous rirez, mais point de tous vos rires, et vous pleurerez, mais point de toutes vos larmes.

L’amour ne donne que de lui-même, et ne prend que de lui-même.

L’amour ne possède pas, ni ne veut être possédé.

Car l’amour suffit à l’amour.

Quand vous aimez, vous ne devriez pas dire, “Dieu est dans mon cœur”, mais plutôt, “Je suis dans le cœur de Dieu”.

Et ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l’amour car l’amour, s’il vous en trouve digne, dirige votre cours.

L’amour n’a d’autre désir que de s’accomplir.

Mais si vous aimez et que vos besoins doivent avoir des désirs, qu’ils soient ainsi :

Fondre et couler comme le ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit.

Connaître la douleur de trop de tendresse.

Etre blessé par votre propre compréhension de l’amour ;

Et en saigner volontiers et dans la joie.

Se réveiller à l’aube avec un cœur prêt à s’envoler et rendre grâce pour une nouvelle journée d’amour ;

Se reposer au milieu du jour et méditer sur l’extase de l’amour ;

Retourner en sa demeure au crépuscule avec gratitude ;

Et alors s’endormir avec une prière pour le bien-aimé dans votre cœur et un chant de louanges sur vos lèvres.

 

Khalil Gibran est né en 1883, à Bécharré, au Liban, dans une très ancienne famille chrétienne. Son grand-père maternel était prêtre du rite maronite. En 1894, Khalil émigre avec sa mère à Boston, puis en 1897, il retourne seul à Beyrouth, au Liban, pour y faire ses études à l’École de la Sagesse. En 1901, il visite la Grèce, l’Italie et l’Espagne puis s’installe à Paris pour étudier la peinture. C’est à cette époque qu’il écrit « Les Esprits Rebelles », livre qui est brûlé sur la place publique de Beyrouth, sur ordre des autorités turques. Khalil Gibran est condamné comme hérétique par l’évêque maronite.

.

En 1903, Khalil Gibran est rappelé en Amérique au chevet de sa mère mourante. Il demeure à Boston où il s’exerce à la peinture. En 1908, il retourne à Paris où il travaille à l’Académie Julien et à l’École des Beaux-arts. Il fréquente Rodin, Debussy, Maeterlinck et Edmond Rostand.

.

En 1910, Khalil Gibran s’installe définitivement à New York où il se consacre à la peinture et la poésie. C’est dans cette ville qu’il meurt en 1931. Son corps est ramené au Liban, où il repose dans la crypte du Monastère de Mar Sarkis, à Bécharré.

.

« Le Prophète », son œuvre maîtresse

.

En 1903, Khalil Gibran est rappelé à Boston où décèdent, de la tuberculose, sa mère, son frère et une de ses sœurs. C’est dans un état de profonde détresse qu’il entame une version anglaise de son livre « Le Prophète », œuvre dont il a déjà esquissé les grandes lignes, en arabe, dès l’âge de quinze ans. Il y travaille jusqu’à sa parution en 1923.

.

Depuis la parution du Prophète, le nom de Khalil Gibran est célébré partout dans le monde. En 1996, les ventes de ce livre ont atteint, aux États-Unis seulement, neuf millions d’exemplaires. Traduit dans plus de quarante langues, le Prophète n’a jamais cessé de séduire un très large public. En Italie, l’édition, en format de livre de poche, a récemment figuré en tête des meilleurs livres.

.

Pourtant le Prophète est un livre inclassable qui échappe aux étiquettes. Ni roman, ni essai, ni poème, il n’entre dans aucune catégorie. Le Prophète ressemble à un livre sacré. Son style, sa structure, sa tonalité ne sont pas étrangers à ceux de la Bible et, en particulier, à ceux de l’Évangile. L’ouvrage, riche en images, en paraboles, s’articule en versets. On y retrouve des formules comme : « En vérité… » ou « Mais moi je vous dis… », etc.

.

Extrait du Prophète

.

« Vos enfants ne sont pas vos enfants.
Ils sont les fils et les filles du désir de la vie pour elle-même.
Ils viennent par vous, mais non de vous.
Et bien qu’ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.
Vous pouvez leur donner votre amour, mais pas vos pensées,
Car ils ont leurs propres pensées.
Vous pouvez loger leurs corps, mais pas leurs âmes,
Car leurs âmes habitent la maison de demain que vous ne pouvez pas visiter, pas même dans vos rêves.
Vous pouvez tenter d’être comme eux, mais ne cherchez pas à les rendre semblables à vous,
Car la vie ne revient pas en arrière, ni ne s’attarde sur hier. »

.

Citations de Khalil Gibran

.

« La solitude est une tempête de silence qui arrache toutes nos branches mortes. »

« La terre est ma patrie et l’humanité ma famille. »

« C’est dans la rosée des petites choses que le cœur trouve son matin et se rafraîchit. »

« En tout homme résident deux êtres : l’un éveillé dans les ténèbres, l’autre assoupi dans la lumière. »

« Nul ne peut atteindre l’aube sans passer par le chemin de la nuit. »

« Nous ne vivons que pour découvrir la beauté. Tout le reste n’est qu’attente. »

« Le désir est la moitié de la vie. L’indifférence est la moitié de la mort. »

« Plus profondément le chagrin creusera votre être, plus vous pourrez contenir de joie. »

« Votre vie quotidienne est votre temple et votre religion. »

« Combien généreuse est la vie pour l’homme, mais combien l’homme se tient éloigné de la vie. »

.

Bibliographie

.

Le Prophète
Le Prophète et le Jardin du Prophète
Les Esprits rebelles
Les Ailes brisées
Le Fou
Merveilles et processions
Jésus, Fils de l’Homme
Le Sable et l’Écume
Le Précurseur
L’Errant Les Dieux de la terre
L’aveugle
Lazare et sa bien-aimée

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441