L’homme sans voix

 

Sans jamais m’asséner un seul coup
ils m’ont brisé!

Ils m’ont enveloppé de leur silence
et de leur seul regard
sommé de porter la prunelle basse
(en tout temps).

Toute leur vie
ils ont regardé au-dessus de ma tête
s’appuyant sur mon crâne
pour rabaisser ma voix
quand j’osais être
(quelque peu seulement).

Maintenant
j’ai peine à sortir d’un sommeil
qui ressemble plus à une mort raide
qu’au calme autrefois ordonné.

Est-ce que j’existe?
Pourtant oui… je sens mon coeur battre dans le béton de ma prison.
Pourtant non… je deviens muet sous le seul poids d’un regard ouvert.

J’ai avancé en âge
pourtant
leur voix d’antan est tout aussi cruelle
elle traverse mes enfants
pour me joindre au coeur même
de ma jeune plaie.
Je donne l’espace de leur vie
à mes enfants.
Pourquoi eux aussi
m’écrasent-ils au passage
comme une flaque transparente?

Je voudrais tellement
éclater mes chaînes par hurlement
et noyer mes songes de bêtes muettes!
Je sens un son rouge se former dans ma mémoire
et la force surgir du fond.

Bientôt je me lèverai
et sans permission aucune
j’élèverai la voix
(très haute)

pour exister.


poème de Michelle Larivey

Inspiré par ceux qui
doivent arracher leur droit d’être vivant
à une enfance de restriction.

Michelle est devenue psychologue en 1969 et a toujours oeuvré en cabinet privé. Elle a complété sa scolarité et son internat de doctorat à l’Université de Montréal, en psychologie sociale. Par la suite, elle a suivi une formation pratique approfondie à l’Institut de Formation par le Groupe (Montréal), avec un accent sur l’intervention en milieu organisationnel, la formation professionnelle, l’animation de groupe ainsi que les processus d’apprentissage et de changement. C’est à la même époque qu’elle entreprenait une formation à pratique de la psychothérapie au cours de laquelle elle fut exposée à l’influence de plusieurs approches de même que différents superviseurs et formateurs, notamment au National Training Laboratory (Chicago et Los Angeles).

Le 11 novembre 2004, Michelle Larivey est décédée au terme d’une longue lutte contre le cancer. Elle a quitté sereine, ayant pu profiter pleinement de l’amour de ses proches après avoir combattu la maladie de toutes ses forces, avec un courage et une ténacité qui ne cessaient de nous étonner.

Michelle nous laisse le souvenir d’une personne remarquable par sa chaleur, la qualité de sa présence, la rigueur de sa pensée et la diversité de ses talents. Audacieuse dans ses entreprises, exigeante avec ceux qu’elle aimait presque autant qu’avec elle-même, elle restait toujours aimante et sensible à la beauté intérieure des personnes qu’elle rencontrait. On ne peut penser à elle sans se souvenir de son profond respect pour tous les êtres vivants et à sa façon généreuse d’accueillir et de soutenir chacun dans son courage autant que sa détresse.

Elle laisse parmi nous un vide immense qui nous déchire, mais son souvenir continue de nous inspirer dans la recherche de l’excellence et de la pleine expression de nos talents. Sa bonté, sa tendresse et sa joie de vivre ont transformé l’existence d’un grand nombre de personnes qui lui restent reconnaissantes. Ceux qui ont partagé sa vie en sont sortis grandis.

 

 

Publicités

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441