Si tu viens …

Si tu viens, je prendrai tes lèvres dès la porte,
Nous irons sans parler dans l’ombre et les coussins,
Je t’y ferai tomber, longue comme une morte,
Et, passionnément, je chercherai tes seins.
.
A travers ton bouquet de corsage, ma bouche
Prendra leur pointe nue et rose entre deux fleurs,
Et t’écoutant gémir du baiser qui les touche,
Je te désirerai, jusqu’aux pleurs, jusqu’aux pleurs !
.

Or, les lèvres au sein, je veux que ma main droite
Fasse vibrer ton corps – instrument sans défaut –
Que tout l’art de l’Amour inspiré de Sapho
Exalte cette chair sensible intime et moite.
.
Mais quand le difficile et terrible plaisir
Te cambrera, livrée, éperdument ouverte,
Puissé-je retenir l’élan fou du désir
Qui crispera mes doigts contre ton col inerte !

.

Lucie Delarue-Mardrus

Cette jeune fille d’excellente famille, que ses proches surnommaient « Princesse Amande », faillit bel et bien épouser Philippe Pétain – comme quoi celui-ci avait au moins bon goût en matière de femmes.

Mais Lucie Delarue, qui devint Lucie Delarue-Mardrus par son mariage avec un médecin extrêmement tolérant, aima bien plus les femmes que les hommes. Bien qu’elle sculptât et se fît remarquer de la bonne société parisienne également par sa prose, c’est surtout en qualité de poétesse que la mémoire littéraire a conservé son nom.

Lucie Delarue-Mardrus, née à Honfleur le 3 novembre 1874 et morte le 26 avril 1945 à Château-Gontier, poétesse, romancière, sculptrice et dessinatrice, journaliste et historienne française.

Ses parents ayant refusé la main de celle qu’on surnomme « Princesse Amande » au capitaine Philippe Pétain, elle épouse l’orientaliste Joseph-Charles Mardrus. Comme elle était intimement liée à Natalie Barney, Romaine Brooks et Germaine de Castro, son mari dont elle divorcera vers 1915, qui désirait garder intacte la beauté de sa Princesse Amande, propose à Natalie Barney de lui faire un enfant à sa place. C’est à cette époque qu’elle emménage au 17 bis quai Voltaire à Paris, où elle vivra de 1915 à 1936.

Les écrits de cette auteure prolifique, qui a laissé plus de soixante-dix romans, recueils de poèmes (Ferveur, 1902 ; Horizons, 1904 ; la Figure de proue, 1908), récits (le Roman de six petites filles, 1909 ; l’Ex-voto, 1921), biographies, Mémoires (1938), contes, nouvelles, récits de voyage, pièces en vers (Thoborge, reine de mer, 1905) et pièces de théâtre (Sapho désespérée, 1906), révèlent une peintre de la vie intime et de la nature. Ses écrits expriment son désir d’évasion et son amour de sa Normandie natale. Son Ex-Voto est une description pleine de sensibilité du milieu et de la vie des pêcheurs honfleurais au début du XXe siècle. Elle est également l’auteur de chroniques hebdomadaires, critiques littéraires ou musicales, conférences aux Annales parues dans la presse. Dans les dernières années de sa vie, elle a présenté au Salon de la Société Nationale des sculptures dont Danseurs nus (figurine)Dame Patricia, son nègre et son galant (figurine) ou Deux danseuses et un indifférent.

Elle passera les trois dernières années de sa vie à Château-Pontier où elle s’était retirée en 1942.

__________________________

Publicités

26 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. nuage1962
    Déc 01, 2011 @ 14:48:09

    C’est un tres beau poeme .. a cette époque il devait etre rare que des femmes écrivent de cette facon ..

    Réponse

  2. marchan3042
    Déc 01, 2011 @ 15:08:40

    Merci Océanelle pour l’historique de cette femme aux talents multiples.
    Cependant je note que tu en es à ton deuxième articles qui moi, m’interpelle.
    Alors approches-toi j’ai quelque chose à te murmurer à l’oreille, quelque chose pour toi seule :

    J’ai pour moi l’excuse de la franchise et de la sincèrité !
    Madame la CENSEURE à vous de jouer ! mdr

    Réponse

    • Oceanelle
      Déc 01, 2011 @ 23:19:18

      Rien à voir avec le talent tel que je l’entend ! Nous ne sommes pas ici dans le même « genre » …. et il est vrai que je préfère la belle écriture … sourire Bisous

      Réponse

  3. par la fenêtre entrouvertem
    Déc 01, 2011 @ 15:44:57

    Alors ça…………… pour moi, cette Lucie était la dame des « récitations » de mon enfance…..je l’imaginais un peu gnan-gnan………pas cette femme voluptueuse ! belle découverte 🙂

    Réponse

  4. fanfanvaconsin
    Déc 01, 2011 @ 16:15:09

    Hé bien il fait de plus en plus chaud chez vous océanelle, je dirais même que cela devient torride 🙂


    C’est magnifique !
    Merci à vous pour votre partage si profond, que de connaissances grâce à vous.
    Bonne fin de journée à vous !
    A bientôt !
    Bisous

    Réponse

    • Oceanelle
      Déc 01, 2011 @ 23:25:31

      J’ai adoré ce film … quelle retenue, quelle sensualité ! Magnifiquement interprété aussi ! et cette musique ! Superbe à revoir . merci . Bisous

      Réponse

      • fanfanvaconsin
        Déc 02, 2011 @ 07:23:49

        Bonjour Océanelle !
        Personnellement, j’ai adoré aussi ce film, il est sublime, d’une grande sensualité, une superbe approche toute en retenue, les yeux et le corps parlant , les êtres restant à son écoute mais n’allant pas plus loin.
        Un duo et un corps à corps qui fait rêver…..Je ne m’en lasse.
        🙂
        Bonne journée à vous Océanelle !

      • Oceanelle
        Déc 02, 2011 @ 09:12:19

        Il devrait u avoir autant d’acharnement à faire des films comme celui-ci au lieu de produire par centaine des films de violence ! Belle fin de semaine pour vous Fanfan Bisous

  5. Cocopaillette
    Déc 01, 2011 @ 18:18:53

    Un trés beau chant d’amour….
    Cet écrit est sublime et cette dame savait écrire l’amour
    Merci Océanelle je découvre toujours ici
    Bonne soirée gro bisousssss

    Cocopaillette

    Réponse

  6. nanacoquelicot
    Déc 01, 2011 @ 18:37:43

    Bonsoir Océane, la vie de cette femme me rappelle étrangèrement Ma Bellecodière Lyonnais, dont j’ avais fait un billet, mais je ne sais plus quand … lol
    Comment va notre jeune mamie ?
    Bisou tendre
    Nana

    Réponse

  7. MAGALIE
    Déc 01, 2011 @ 18:38:39

    Ma douce qu’il est beau et sensuel ce poème, je ne connaissais pas ni l’auteur, toujours un bonheur de découvrir des textes si superbes;
    Pour l’époque les mots étaient osées, surtout écrit par une femme, je souhaite qu’un jour tu nous en dépose un autre à lire…
    Bisous ma douce, je pense à toi…

    Réponse

  8. annieahmad
    Déc 01, 2011 @ 19:03:09

    bises du soir

    Réponse

  9. mich
    Déc 01, 2011 @ 19:16:27

    Oceanelle……….Très joli ton poème Belle découverte Je ne connaissait pas Tellement véridique. . . et superbement décrit…

    Réponse

  10. Kleaude
    Déc 02, 2011 @ 01:53:26

    Un poème dont il se dégage une bien belle sensulaité….des mots de passion… une passion fébrile….sulfureuse…

    Je ne connaissais pas cet auteur. Merci du partage.

    salutations

    Réponse

  11. pivoine04
    Déc 02, 2011 @ 04:02:40

    J’ai vraiment beaucoup aimé, apprécié ce superbe poème, c’est vrai pour l’époque c’était osé venant d’une femme et quelle femme ! Je ne la connaissais pas, merci pour ce partage.
    Bonne journée, gros bisous.

    Réponse

  12. Gaël LOAËC/Paul ANDREWS (Blog 3)
    Déc 02, 2011 @ 10:46:44

    encore un bel écrit que tu nous laisses entrevoir par la porte de ton blog ravissant
    plein de bisous oceanelle pour égayer ta journée

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441

%d blogueurs aiment cette page :