Conte de Noël …

 


L’enfant pleure, il se sent triste sans savoir pourquoi.

Assis par terre,

il dessine une forme qui ne signifie rien.

Sa mère est là et pourtant elle est absente.

S’aperçoit-elle seulement de la mélancolie de l’enfant ?

 

La vieille pleure,

elle est si seule depuis que son époux est parti.

Il était usé : c’était l’heure pour lui.

Elle a appuyé sa tête contre le mur

pour y déposer un chagrin bien trop pesant pour elle.

 

Un homme marche dans le froid

sans se soucier de la neige qui chatouille son crâne dégarni.

Il cherche du sens,

un sens à sa vie.

Pourquoi la vie ?

A quoi bon ?

 

Lorsqu’elle se réveille,

Amina se sent lourde de tous ces malheurs

perçus dans son sommeil.

Depuis plusieurs nuits déjà,

la jeune femme rêve du désespoir de l’humanité.

Et quand elle se lève à l’aube,

elle est encore plus lasse que la veille au soir.

 

Ce matin du 24 décembre,

elle est épuisée

et songe que jamais elle ne parviendra à la fin de cette journée.

Comment soulager cette misère humaine qui vient hanter ses rêves ?

Elle a le sentiment

que tout le bonheur du monde repose sur ses épaules.

Et même à cet instant,

alors que la nuit est derrière elle,

des larmes cascadent dans son cœur.

Péniblement,

elle s’assied au bord de son lit.

Elle se sent vieille et inutile.

Sans grande conviction,

elle se prépare un petit déjeuner.

 

A quoi bon ?

Elle se surprend à penser comme l’homme de son rêve.

Pourquoi ses nuits envahissent-elles ses journées ?

 

Puis elle se traîne à son bureau,

la mine tourmentée.

Ses collègues la saluent du bout des lèvres,

comme si sa grisaille intérieure était contagieuse.

De toute façon,

elle est transparente comme le monde.

Elle se met à travailler,

travailler,

travailler

pour oublier qu’elle est triste du désespoir de l’enfant,

de la vieille,

de l’homme

et de tous les autres.

 

Quand elle rentre chez elle au début de l’après-midi,

la neige tombe, glaciale.

Elle marche,

comme l’homme,

la tête nue,

espérant refroidir son tourment.

Elle chemine longtemps.

Mais alors que son corps est frigorifié et trempé,

sa douleur la brûle.

Elle finit par s’asseoir

sur un banc recouvert d’une fine couche de neige.

 

Qu’importe !

 

De toute façon,

cette année,

elle fêtera Noël sans personne avec qui partager,

comme l’année d’avant,

comme la précédente.

 

Elle déteste cette fête

qui ignore les solitaires…

s’il était vraiment bon et plein d’amour,

Jésus aurait-il voulu cela ?

Il ne peut être bon,

puisqu’elle est seule comme les êtres peuplant ses cauchemars.

Elle n’aime pas Jésus,

elle ne s’aime pas elle-même.

 

Ses larmes intérieures

débordent soudain et réchauffent

son visage paralysé par le froid.

 

Elle reste ainsi prostrée sur son malheur

jusqu’à ce qu’un gant mité se pose sur son épaule.

 

Amina lève lentement la tête,

hésite,

effleure du bout des doigts la laine gonflée d’humidité.

Son regard s’y accroche,

s’en libère,

se promène sur la manche sombre d’un manteau sale et usé

et termine son voyage sur un visage creusé par le temps :

la vieille dame de son rêve.

Pourtant,

la jeune femme a le sentiment qu’elle est différente.

Certes,

ses traits sont en tous points semblables,

mais il y a un petit quelque chose qui n’est pas pareil.

Amina ne saurait dire quoi.

– Venez ! Il y a une soupe chaude qui nous attend à quelques rues d’ici. C’est là que je vais à chaque Noël.

La jeune femme se lève et suit la vieille qui lui raconte la neige et le froid, le passé, son passé, son époux décédé il y a quelques années.

Elle lui raconte sa petite vie au quotidien, chacun des gestes simples qui la rendent heureuse… Tout cela d’une petite voix tranquille qui fait du bien à Amina. Et soudain celle-ci comprend.

Elle comprend que la vieille de son rêve pleurait, alors que celle-ci irradie d’une joie simple, sans artifice. Et lorsqu’elle retrouve autour de la soupe l’homme et l’enfant de ses nuits, elle sait que ce n’était pas leur désespoir qu’elle ressentait, mais le sien.

Si elle ne peut soulager la misère du monde, d’un sourire elle peut faire renaître l’espoir dans le cœur des gens qu’elle croise au hasard de sa vie.

Ce soir,

elle fêtera Noël en compagnie d’inconnus,

solitaires comme elle,

d’inconnus qu’elle ne reverra jamais,

mais qu’elle chérira toujours en son cœur.

 

Grâce à eux,

elle a compris la valeur d’un sourire et d’un partage,

elle sait désormais que chaque rencontre est précieuse et riche d’enseignements.

Conte imaginé et écrit par Sylvie Guggenheim

Publicités

30 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. nanacoquelicot
    Déc 09, 2011 @ 11:03:30

    Triste mais tellement plein d’ espoir … Noêl est avant tout le fête du partage.
    Bisou tendresse jolie mamie
    Nana

    Réponse

  2. nuage1962
    Déc 09, 2011 @ 11:27:19

    Il a neige ce matin …
    reste a savoir si elle va rester
    bonne journée

    Réponse

  3. mariessourire
    Déc 09, 2011 @ 11:42:37

    quelle que soit notre situation, quoi qu’on puisse en penser, il arrive toujours qu’un rayon vienne illuminer notre journée… Un sourire ? Quelle belle lumière !!

    belle belle journée, ma belle Océanelle !

    ps : je t’assure que c’est bien J-9… Le décompte n’est pas pour Noël !! Sourire

    Réponse

  4. marchan3042
    Déc 09, 2011 @ 11:53:19

    Le temps des yeux équarquillés des enfants est arrivé. Le plaisir et la joie des adultes va aussi aller crescendo !
    N’oublies pas de ramoner ta cheminée, sait-on jamais, si le Père Noël passait au-travers de ce magnifique fond enneigé.
    Bisous-brrr

    Réponse

    • Oceanelle
      Déc 09, 2011 @ 12:46:46

      Merci mon petit Marko, j’espère que tout va bien pour toi et que tu vas passer de très agréables fêtes auprès de gens que tu aimes et qui t’aiment …. Plein de gros bisous-neige
      ADORABLE ta vidéo …mdrrrr !

      Réponse

  5. frampantm
    Déc 09, 2011 @ 13:37:43

    bonjour ma chérie,
    un très beau compte de noël, plein se sensibilité.
    de retour après une grande pause,heureuse de vous retrouver.
    tendres bisous.maguy

    Réponse

  6. MAGALIE
    Déc 09, 2011 @ 15:35:12

    Ma douce quel jolie conte, un sourire peut tout, être seul’e’ la nuit de Noël pour certains doit être bien triste, savoir tendre la main pour apporter un peu de chaleur et de bonheur…
    Un joli rêve ou là fin est belle et pleine d’espoir..
    Superbe ton fond de blog, plus les petits flocons qui voltigent….
    Des gros bisous tendresse….
    Jolie soirée

    Réponse

  7. ♥♥♥Niki♥Aud♥♥♥
    Déc 09, 2011 @ 16:36:45

    Lorsqu’on se sent malheureux et abandonné par le sort!! il faudrait lire ces merveilleux contes qui te redonnent espoir et qui te font sentir que tu n’es pas le centre du monde! nous ne sommes pas les seuls au monde à avoir de petites et même de grosses misères!! il faut savoir y faire face en se disant qu’il y a pire que soi!! gros bisous Oceanelle
    PS- je suis allée commenter ton billet précédent j’ai aimé ta peinture!

    Réponse

  8. Coeur de Lyon007
    Déc 09, 2011 @ 17:17:51

    Bonjour Oceanelle,
    Superbe conte !
    Je ne le trouve pas triste du tout et, au contraire, plein d’espoir…
    Bises
    Jacques

    Réponse

  9. nanie77720
    Déc 09, 2011 @ 18:39:37

    Quel merveilleux texte Oceanelle, merci de nous l’offrir…comme toi j’aimerais être une fée et d’un seul clic alléger les peines, la souffrance le désarroi et la misère des autres……ton fond est super, quel beau paysage….c’est vrai que le temps des fêtes incite davantage à penser aux autres mais nous devrions avoir le même sentiment à l’année car la misère existe….Sur cela je te souffle de gros bisous, on se reverra avant Noêl pour se serrer la pince, hi.hi. tendresse Micheline

    Réponse

  10. annieahmad
    Déc 09, 2011 @ 19:18:39

    untres joli conte bises

    Réponse

  11. Kleaude
    Déc 10, 2011 @ 00:07:02

    Superbe conte… qui navigue sur les émotions parfois triste mais tout de même empreintes d’espoir.

    Un bien beau conte de Noël….

    Salutations

    Kleaude

    Réponse

  12. Gaël LOAËC/Paul ANDREWS (Blog 3)
    Déc 10, 2011 @ 08:52:07

    coucou oceanelle
    un conte de Noël comme on aime en lire à cette période
    merci de cette lecture
    bisous pour toi

    Réponse

  13. fanfanvaconsin
    Déc 10, 2011 @ 16:31:55

    Bonsoir Océanelle,
    Il est magnifique ce conte, triste mais plein d’espoir.
    Qui n’a jamais connu ces instants de tristesse ? !
    J’ai, personnellement, une pensée dans cette période de fêtes plus encore marqué pour nos SDF, les personnes seules ou en difficultés, le chiffre grandissant inlassablement. Que notre société est dure…..
    Vivre d’espoir et ne jamais renoncer, je vous dépose une petite merveille, elle reflète ma pensée profonde, qu’elle puisse venir en aide 😉

    🙂
    Bisous à vous

    Réponse

  14. pivoine04
    Déc 12, 2011 @ 04:22:58

    Un bien beau conte, espoir et triste ! bisous.

    Réponse

Répondre à marchan3042 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441

%d blogueurs aiment cette page :