Une douceur pour les yeux …

Cliquez sur l’image …..

 

 

Publicités

Pour les inconditionnelles de …Verlaine

Amoureuse du Diable

   

À Stéphane Mallarmé

 
    Il parle italien avec un accent russe.
    Il dit : « Chère, il serait précieux que je fusse
    Riche, et seul, tout demain et tout après-demain.
    Mais riche à paver d’or monnayé le chemin
    De l’Enfer, et si seul qu’il vous va falloir prendre
    Sur vous de m’oublier jusqu’à ne plus entendre
    Parler de moi sans vous dire de bonne foi :
    Qu’est-ce que ce monsieur Félice ? Il vend de quoi ? »
     
    Cela s’adresse à la plus blanche des comtesses.
     
    Hélas ! toute grandeur, toutes délicatesses,
    Cœur d’or, comme l’on dit, âme de diamant,
    Riche, belle, un mari magnifique et charmant
    Qui lui réalisait toute chose rêvée,
    Adorée, adorable, une Heureuse, la Fée,
    La Reine, aussi la Sainte, elle était tout cela,
    Elle avait tout cela.
                                      Cet homme vint, vola
    Son cœur, son âme, en fit sa maîtresse et sa chose
    Et ce que la voilà dans ce doux peignoir rose
    Avec ses cheveux d’or épars comme du feu,
    Assise, et ses grands yeux d’azur tristes un peu.
     
    Ce fut une banale et terrible aventure
    Elle quitta de nuit l’hôtel. Une voiture
    Attendait. Lui dedans. Ils restèrent six mois
    Sans que personne sût où ni comment. Parfois
    On les disait partis à toujours. Le scandale
    Fut affreux. Cette allure était par trop brutale
    Aussi pour que le monde ainsi mis au défi
    N’eût pas frémi d’une ire énorme et poursuivi
    De ses langues les plus agiles l’insensée.
    Elle, que lui faisait ? Toute à cette pensée,
    Lui, rien que lui, longtemps avant qu’elle s’enfuît,
    Ayant réalisé son avoir (sept ou huit
    Millions en billets de mille qu’on liasse
    Ne pèsent pas beaucoup et tiennent peu de place),
    Elle avait tassé tout dans un coffret mignon
    Et le jour du départ, lorsque son compagnon
    Dont du rhum bu de trop rendait la voix plus tendre
    L’interrogea sur ce colis qu’il voyait pendre
    À son bras qui se lasse, elle répondit : « Ça,
    C’est notre bourse. »
                                          Ô tout ce qui se dépensa !
    Il n’avait rien que sa beauté problématique
    (D’autant pire) et que cet esprit dont il se pique
    Et dont nous parlerons, comme de sa beauté,
    Quand il faudra… Mais quel bourreau d’argent ! Prêté,
    Gagné, volé ! Car il volait à sa manière,
    Excessive, partant respectable en dernière
    Analyse, et d’ailleurs respectée, et c’était
    Prodigieux la vie énorme qu’il menait
    Quand au bout de six mois ils revinrent.
                                                                            Le coffre
    Aux millions (dont plus que quatre) est là qui s’offre
    À sa main. Et pourtant cette fois — une fois
    N’est pas coutume — il a gargarisé sa voix
    Et remplacé son geste ordinaire de prendre
    Sans demander, par ce que nous venons d’entendre.
    Elle s’étonne avec douceur et dit : « Prends tout
    Si tu veux. »
                          Il prend tout et sort.
     
                                                                Un mauvais goût
    Qui n’avait de pareil que sa désinvolture
    Semblait pétrir le fond même de sa nature,
    Et dans ses moindres mots, dans ses moindres clins d’yeux,
    Faisait luire et vibrer comme un charme odieux.
    Ses cheveux noirs étaient trop bouclés pour un homme
    Ses yeux très grands, très verts, luisaient comme à Sodome.
    Dans sa voix claire et lente, un serpent s’avançait,
    Et sa tenue était de celles que l’on sait :
    Du vernis, du velours, trop de linge, et des bagues.
    D’antécédents, il en avait de vraiment vagues
    Ou, pour mieux dire, pas. Il parut un beau soir,
    L’autre hiver, à Paris, sans qu’aucun pût savoir
    D’où venait ce petit monsieur, fort bien du reste
    Dans son genre et dans son outrecuidance leste.
    Il fit rage, eut des duels célèbres et causa
    Des morts de femmes par amour dont on causa.
    Comment il vint à bout de la chère comtesse,
    Par quel philtre ce gnome insuffisant qui laisse
    Une odeur de cheval et de femme après lui
    A-t-il fait d’elle cette fille d’aujourd’hui ?
    Ah ! ça, c’est le secret perpétuel que berce
    Le sang des dames dans son plus joli commerce,
    À moins que ce ne soit celui du Diable aussi.
    Toujours est-il que quand le tour eut réussi
    Ce fut du propre !
                                    Absent souvent trois jours sur quatre,
    Il rentrait ivre, assez lâche et vil pour la battre,
    Et quand il voulait bien rester près d’elle un peu,
    Il la martyrisait, en matière de jeu,
    Par étalage de doctrines impossibles.
     
    .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
     
    « Mia, je ne suis pas d’entre les irascibles,
    Je suis le doux par excellence, mais tenez,
    Ça m’exaspère, et je le dis à votre nez,
    Quand je vous vois l’œil blanc et la lèvre pincée,
    Avec je ne sais quoi d’étroit dans la pensée
    Parce que je reviens un peu soûl quelquefois.
    Vraiment, en seriez-vous à croire que je bois
    Pour boire, pour licher, comme vous autres chattes,
    Avec vos vins sucrés dans vos verres à pattes
    Et que l’Ivrogne est une forme du Gourmand ?
    Alors l’instinct qui vous dit ça ment plaisamment
    Et d’y prêter l’oreille un instant, quel dommage !
    Dites, dans un bon Dieu de bois est-ce l’image
    Que vous voyez et vers qui vos vœux vont monter ?
    L’Eucharistie est-elle un pain à cacheter
    Pur et simple, et l’amant d’une femme, si j’ose
    Parler ainsi, consiste-t-il en cette chose
    Unique d’un monsieur qui n’est pas son mari
    Et se voit de ce chef tout spécial chéri ?
    Ah ! si je bois, c’est pour me soûler, non pour boire.
    Être soûl, vous ne savez pas quelle victoire
    C’est qu’on remporte sur la vie, et quel don c’est !
    On oublie, on revoit, on ignore et l’on sait ;
    C’est des mystères pleins d’aperçus, c’est du rêve
    Qui n’a jamais eu de naissance et ne s’achève
    Pas, et ne se meut pas dans l’essence d’ici ;
    C’est une espèce d’autre vie en raccourci,
    Un espoir actuel, un regret qui « rapplique »,
    Que sais-je encore ? Et quant à la rumeur publique.
    Au préjugé qui hue un homme dans ce cas,
    C’est hideux, parce que bête, et je ne plains pas
    Ceux ou celles qu’il bat à travers son extase,
    Ô que nenni !
     
    .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
     
                              Voyons, l’amour, c’est une phrase
    Sous un mot, — avouez, un écoute-s’il-pleut,
    Un calembour dont un chacun prend ce qu’il veut,
    Un peu de plaisir fin, beaucoup de grosse joie
    Selon le plus ou moins de moyens qu’il emploie,
    Ou, pour mieux dire, au gré de son tempérament,
    Mais, entre nous, le temps qu’on y perd ! Et comment !
    Vrai, c’est honteux que des personnes sérieuses
    Comme nous deux, avec ces vertus précieuses
    Que nous avons, du cœur, de l’esprit, — de l’argent,
    Dans un siècle que l’on peut dire intelligent
    Aillent !… »
     
    .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
     
                            Ainsi de suite, et sa fade ironie
    N’épargnait rien de rien dans sa blague infinie.
    Elle écoutait le tout avec les yeux baissés
    Des cœurs aimants à qui tous torts sont effacés,
    Hélas !
                L’après-demain et le demain se passent.
    Il rentre et dit : « Altro ! que voulez-vous que fassent
    Quatre pauvres petits millions contre un sort ?
    Ruinés, ruinés, je vous dis ! C’est la mort
    Dans l’âme que je vous le dis. »
                                                          Elle frissonne
    Un peu, mais sait que c’est arrivé.
                                                                              — « Ça, personne,
    Même vous, diletta, ne me croit assez sot
    Pour demeurer ici dedans le temps d’un saut
    De puce. »
                      Elle pâlit très fort et frémit presque,
    Et dit : « Va, je sais tout. » — « Alors c’est trop grotesque
    Et vous jouer là sans atouts avec le feu. »
    — « Qui dit non ? » — « Mais je suis spécial à ce jeu. »
    — « Mais si je veux, exclame-t-elle, être damnée ? »
    — « C’est différent, arrange ainsi ta destinée,
    Moi je sors. » — « Avec moi ! » — « Je ne puis aujourd’hui. »
    Il a disparu sans autre trace de lui
    Qu’une odeur de soufre et qu’un aigre éclat de rire.
    Elle tire un petit couteau.
                                                Le temps de luire
    Et la lame est entrée à deux lignes du cœur.
    Le temps de dire, en renfonçant l’acier vainqueur :
    « À toi, je t’aime ! » et la Justice la recense.
     
    Elle ne savait pas que l’Enfer c’est l’absence.

Jadis et Naguère, 1884

 

Pour Vous , Mesdames …

Pour que vous commenciez agréablement votre week end ,

que vous soyez célibataires ou que votre cœur soit habité …

Voici ce que tout homme devrait faire pour Vous …

Cliquez sur l’image …

Entrez votre prénom …

Vous avez dit …écologie ?

Faut-il en rire ou bien en pleurer ?

Seuls les + de 50 ans peuvent comprendre …


.
  Vengeance des vieux !

.
A la caisse d’un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats. La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l’écologie et lui dit:
– Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !


La vieille femme s’excuse auprès de la caissière et explique :
Je suis désolée, il n’y avait pas de mouvement écologiste de mon temps.

Alors qu’elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :
Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps !


Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu’à l’époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : Les bouteilles étaient recyclées,

mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.


Elle ajoute :
De mon temps, on montait l’escalier à pied: on n’avait pas d’escaliers roulants et peu d’ascenseurs. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues : On marchait jusqu’à l’épicerie du coin. 


Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

 On ne connaissait pas les couches jetables : On lavait les couches des bébés. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde à linge, pas dans un machine de 3 000 watts. On utilisait l’énergie éolienne et solaire pour sécher les vêtements. 
 On ravaudait systématiquement les vêtements qui passaient d’un frère ou d’une sœur à l’autre.

  Mais, vous avez raison, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

  On n’avait qu’une TV (quand on en avait…) ou une radio dans la maison ; pas une dans chaque chambre.
 Et la télévision avait un petit écran de la taille d’une boîte de pizza, pas un écran de la taille de l’État du Texas. 
 On avait un réveil qu’on remontait le soir. Dans la cuisine, on s’activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.  On n’avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou autoportées : On utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon. On travaillait physiquement; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.  On buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif. On n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter. On remplissait les stylos dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo. On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.


Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l’école à vélo ou à pied au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 heures sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée. 

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.

On n’avait qu’une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.

 

 

Un peu de sensualité …

« Mlle de Retz avait les plus beaux yeux du monde ;
mais ils n’étaient jamais si  beaux que quand ils mourraient,
et je n’en ai jamais vu à qui la langueur donnât tant de grâces. »
Cardinal de Retz

.

Tes beaux yeux sont las, pauvre amante !

Reste longtemps, sans les rouvrir,
Dans cette pose nonchalante
Où t’a surprise le plaisir.
Baudelaire

.

…Je mis un genou à terre et lui baisai la main, en le costume où elle était,
mon nez lui vint, pour ce faire, tout proche du haut de la cuisse,
dont je sentis, pour la dernière fois, le piquant parfum.
G. Alaux

.

Quoi de plus joli qu’une femme qui dit oui,
rien qu’avec un baissement de paupières.
Morand

.

Chaque heure, hélas, atrocement me vante

La chaleur de ton sein,
Ta bouche au fier dessin
Et l’autre, plus vivante

C’est en vain que tu te dérobes
Sous tous les plis que tu voudras
A la plus belle de tes robes
J’aime mieux le pli de tes draps

Paul Valéry

.

Lorsque nous tremblions

L’un contre l’autre dans le bois
Au bord du ruisseau,

Lorsque nos corps
Devenaient à nous,

Lorsque chacun de nous
S’appartenait dans l’autre
Et qu’ensemble nous avancions,

C’était alors aussi
La teneur du printemps

Qui passait dans nos corps
Et qui se connaissait

 Guillevic

.

Ô débuts, deux inconnus soudain merveilleusement se connaissant, lèvres en labeur, langues téméraires, langues jamais rassasiées, langues se cherchant et se confondant, langues en combat, mêlées en tendre haleine, saint travail de l’homme et de la femme, sucs des bouches, bouches se nourrissant l’une de l’autre, nourritures de jeunesse,… 

Albert Cohen(Belle du seigneur)

.



Info importante …

Quelques lignes indispensables à lire…

Quelques conseils indispensables à suivre…

Pour le bien de nous tous sur le net,

lisez bien jusqu’au bout …

ICI

Sur le chemin bordé de ronces…

Sur le chemin bordé de ronces,

Elle avance vers son aurore

Le cœur baignant de maux d’amour,

L’âme cloutée de semonces

Noyée de larmes de remords…

.

Sur le chemin bordé de ronces,

Elle n’entend plus l’oiseau  chanter,

Elle ne voit plus son horizon,

Elle ne cherche que les réponses

Au mal qui vient la tenailler…

.

Sur le chemin bordé de ronces,

Elle va, trébuchant sur les pierres

Vers un destin inachevé

Qu’elle n’aurait pas imaginé une once

Avant que ne fonde son hier

Dans un dégel ensanglanté…

.

Sur le chemin bordé de ronces,

Elle se retourne encore une fois;

Elle ose espérer que peut-être,

Il viendra lui avouer qu’il renonce,

Que c’est vers elle que va sa foi,

Et qu’auprès d’ elle il va renaitre…

.

Sur le chemin bordé de ronces,

La nuit la pare comme un  linceul,

Et, même la lune s’est cloitrée.

Dans son agonie elle prononce,

Sous la ramure d’un tilleul,

Ses mots, choisis pour pardonner…

.

KvR

 

http://www.copyrightdepot.com/cd17/00049441.htm

Pour continuer dans la détente …

 

Promenons nous à Venise en ces temps de carnaval …

On ne se lasse pas de tant de beauté !

 

VENISE

Croyez-vous aux coïncidences ?

Alors …

regardez ici l’histoire d’un billet de 20 dollars

Myst-re-du-billet-de-20-dol-lars–

Allez …un rire de plus !

 


J’ai ri, toute seule, devant mon ordi…

Amusez-vous aussi,

et regardez bien le gars à gauche, il est éclaté !

C’est complètement barje mais ça détend…

Le jeu de la cuillère…

Previous Older Entries

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441