Barcelone …

Je vous emmène avec moi pour une longue promenade dans Barcelone, ville festive, culturelle, agrémentée de jardins « extraordinaires », de rues et ruelles colorées de boutiques personnalisées et artistiquement décorées …. le tout sous un ciel bleu illuminé d’un soleil chaud et de coins d’ombres rafraichissants …. tout un programme !

Mais, commençons par une promenade au milieu des rues de la vieille ville …puis dans ce merveilleux jardin qui domine Barcelone sur les hauteurs de la ville, « le Parc  Guel » créé par l’architecte célèbre Antoni Gaudi, un chef d’oeuvre gigantesque architectural et florel …

L’entrée déjà vous donne un aperçu …

Je vous laisse à votre promenade…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je sais …il manque quelques commentaires … mais le plaisir des yeux est tout de même là …

Vous ne le savez peut-être pas mais Barcelone est aux couleurs et à l’architecture du fameux Antoni Gaudi …

Antoni Gaudí Cornet, né le 25 juin 1852 à Reus ou Riudoms1 et mort le 10 juin 1926 à Barcelone, est un architecte catalan de nationalité espagnole et principal représentant de l’Art nouveau catalan (modernisme catalan). Son travail a marqué de façon durable l’architecture de Barcelone et constitue une « contribution créative exceptionnelle (…) au développement de l’architecture et des techniques de construction » 2. À ce titre, sous le nom d’Œuvres de Gaudí, sept de ses œuvres ont été classées par l’UNESCO patrimoine mondial de l’Humanité (le parc Güell, le Palais Güell, la Casa Milà, la Casa Vicens, la façade de la Nativité et la crypte de la Sagrada Família, la Casa Batlló et la Crypte de la Colonia Güell).

Doté d’une intuition et d’une capacité créatives hors du commun, Gaudí concevait ses immeubles de manière globale, mais aussi avec une telle créativité qu’il s’occupait aussi bien des questions structurales que des aspects fonctionnels et décoratifs. Il étudiait ses créations dans les moindres détails, intégrant à l’architecture toute une série d’ouvrages artisanaux dont il maîtrisait lui-même les techniques à la perfection : la céramique, la verrerie, la ferronnerie, la charpente, etc. C’est ainsi qu’il introduisit de nouvelles techniques dans le traitement des matériaux, comme son célèbre trencadis, fait de pièces de céramiques cassées.

Parmi ses créations à Barcelone, en plein centre ville encore un espace floral et culturel assez remarquable de Gaudi …

Tout commence par cet arc de triomphe , porte de cette grande avenue bordée de palmiers …

Et la promenade peut commencer …. admirez !

(Désolée, pas possible de faire fonctionner le diaporama!!!)

Je continue donc pour ceux qui suivent la ballade…

Je ne serai pas femme si je ne m’étais pas intéressée … au shopping ! Et là aussi, j’ai découvert des boutiques originales, aux couleurs flamboyantes, à la déco hyper soignée …. voyez vous-même !

Avec comme il se doit une petite pause paella et « énorme » sangria ……

Et ensuite, je vous emmène dans la plus fabuleuse boutique de création en bijoux de valeur et de fantaisie …. une vraie caverne d’Ali Baba du 21ième siècle …

Remarquez dans certaines vitrines, vous verrez des sacs, ils sont en « bois précieux » …

Dans cette boutique, vous êtes accueillis par des sculptures de galantes femmes , d’animaux …y compris sur le trottoir à l’entrée … Venez avec moi !

Voilà ! Si j’avais eu vos fortunes … j’aurais tout dépensé … pas vous ???

Maintenant, redevenons sérieux et jetons un œil émerveillé sur les trésors d’architecture et d’or de l’église …

La cathédrale bien sûr …

Et puis le cloître jadis gardé par des oies dont il existe toujours des spécimens …

Je ne peux terminer ma visite sans vous montrer la sculpture du Chat de « MIRO » connue du monde entier …La voici !

Quant à la « Sagrada Familia »

…l’ oeuvre inachevée de Gaudi

La Sainte Famille est le monument le plus célèbre de Gaudi et le plus représentatif de son génie visionnaire.

C’est aussi le symbole de Barcelone et la Cathédrale du troisième millénaire.

Le Temple expiatoire de La Sagrada Familia a été commencée l’année 1882 par l’architecte Francesc de Paula del Villar i Lozano, suite à des divergences avec les promoteurs il a abandonné la direction de l’oeuvre, laissant à peine commencée la crypte.

En 1883, Gaudi prend la direction des oeuvres et il va ensuite consacrer toute sa vie à la réalisation de ce monument qu’il laisse inachevé en 1926 date de sa mort.

La Cathédrale est la synthèse de tout son savoir architectural, avec un ensemble de symboles sur les mystères de la foi – extraordinaires façades représentant la naissance, la mort et la résurrection du Christ.

Les dix-huit tours évoquent les douze apôtres, les quatre évangélistes, la Vierge Marie et le Christ. L’immense flèche de 170 mètres de haut incarnera le Christ.

Interrompue en 1936 où la crypte et l’atelier de Gaudi sont incendiés, la construction reprend en 1952 d’après les plans et maquettes existantes.

La Sagrada devrait pouvoir accueillir plus de 13 000 personnes, et les tribunes, sur les bas-côtés, un chœur de 1 500 personnes. L’ensemble de l’édifice est une allégorie de la religion chrétienne.

Il est extrêmement difficile de fournir un programme pour l’avenir, la complexité et l’importance du projet rendent pratiquement impossible de dater le temps nécessaire pour construire les dix tours restants.

Voilà la promenade se termine …

J’aurais encore bien d’autres belles choses à vous montrer …

Sur les 800 photos prises pendant mon séjour,

j’espère avoir su choisir les meilleures pour vous …

en espèrant que cela vous aura plu !

Enfantement …..

Madame la Pluie,

votre rencontre amoureuse avec Monsieur Soleil

nous enchante puisque l’on chante très fréquemment

qu’après la pluie,

revient le beau temps


Mais …

Quel enfantement à cet instant !

un Arc-en-Ciel

vous nous offrez !

Quelle BEAUTE !

Cet assemblage des sept couleurs est bien connu …

Les arcs-en-ciel n’ont pas sept couleurs mais une infinité de nuances à partir de six couleurs.

En tant que « septième couleur » de l’arc-en-ciel, l’indigo est une légende qui a la vie dure. En réalité cette couleur n’est qu’une nuance fondue dans le spectre des couleurs visibles. Ce colorant n’est pas autre chose qu’une nuance de bleu foncé.

L’indigo n’est théoriquement qu’une infime partie du spectre visible et n’apparaît pas dans la décomposition normale de la lumière (car c’est une couleur sombre).

La couleur indigo a été ajoutée et pour ainsi dire inventée par Isaac Newton après avoir décomposé la lumière visible avec un prisme qui ne révèle en fait que six couleurs dominantes, les trois primaires et leurs trois secondaires.

Il a consciemment déterminé sept couleurs pour les faire coïncider avec les sept planètes (connues alors), les sept jours de la semaine, les sept notes de musique, et d’autres septenaires tenus pour des références culturelles … notamment les sept jours de la création.

Les couleurs de l’arc-en-ciel n’ont pas échappé à la symbolique et chaque couleur suscite des interprétations. Parmi celles-ci, les interprétations suivantes ont été sélectionnées …

LE VIOLET :

C’est la première couleur qui apparaît à l’intérieur de l’arc-en-ciel.

Le violet est un mélange à parts égales de rouge (symbole chtonien, c’est-à-dire qui appartient à la terre) et de bleu (symbole céleste). Le violet est aussi parfois considéré comme un symbole de l’équilibre entre le ciel (bleu) et la terre (rouge).

LE BLEU :

Le bleu est une couleur profonde et immatérielle dans laquelle on se perd tel un océan. Dans la nature, le bleu est une couleur « transparente », elle symbolise ce qui semble vide (immatériel) tel l’air, l’eau.

Le vide étant perçu comme pur et froid, le bleu est ainsi la plus froide des couleurs, mais aussi la plus pure en dehors du blanc.

LE VERT :

Le vert est un mélange de jaune et de bleu. Le vert représente le printemps, la renaissance de la vie, l’espoir. C’est surtout le symbole du règne végétal.

LE JAUNE :

Le jaune est une couleur intense, violente, aveuglante car c’est la couleur la plus lumineuse après le blanc. En tant que couleur du soleil, le jaune est un symbole de puissance céleste. Le jaune est une couleur synonyme de lumière et de vie spirituelle.

LE ORANGE :

La couleur orange est un mélange de rouge et de jaune. Passant du jaune céleste au rouge terrestre, le orange est le symbole d’un équilibre entre l’esprit et la chair.

Equilibre précaire dont la rupture devient alors symbole d’infidélité ou de luxure (lorque le rouge devient dominant), ou de révélation de l’amour divin (lorsque le jaune demeure éclatant).

La couleur orange correspond ainsi à un état intermédiaire qui ne saurait durer … comme le orange des feux tricolores qui ne dure que quelques secondes.

LE ROUGE :

Le rouge, à l’extérieur des arcs-en-ciel, symbolise le principe vital, sa puissance animale issue de la terre, matière et poussières. Le rouge est la couleur du feu et du sang. Le rouge est aussi le symbole de l’interdit avec le feu rouge, ou la lampe rouge à l’entrée d’un bloc opératoire.

Le rouge est aussi la couleur de la lampe des maisons closes où il symbolise la transgression des interdits sexuels et ses conséquences : le feu de l’enfer !

LE BLANC :

Le blanc est absolu, sans nuances. Il résulte de la fusion des couleurs 

De tous temps, l’arc-en-ciel a été source de créations …

A commencer par les vitraux

les perruches …eh oui !

et ensuite … place à l’imagination !

les cheveux …aussi !

les reflets en façades…à Tokyo

avec leurs belles …

de jolies créations artistiques …

sans oublier les tout petits …

les fleurs …

nos soieries, nos tapis …

Le MUSAC, musée arc-en-ciel

Le Museo de Arte Contemporáneo de Castilla y León (MUSAC) est une construction originale en forme de cube, œuvre des architectes Emilio Muñón et Luis Moreno. La façade multicolore rappelle les vitraux de la cathédrale de León, la ville où est situé le musée.

Sur la ligne 1 du réseau métropolitain de Munich en Allemagne, la station Candidplatz se démarque par ses tons colorés. Ouverte en novembre 1997, elle porte le nom du peintre Peter Candid et arbore les couleurs de l’arc-en-ciel. 

et les toiles de nos peintres …

…arc en ciel …faisant penser à Pablo Picasso

et aussi cela …

Ce panorama impressionniste représente les neurones d’un cerveau de souris colorés grâce à une technique mise au point par une équipe de l’université Harvard.

Un gène codant pour différentes protéines fluorescentes, joliment nommé BrainBow, a été inséré en plusieurs versions dans chaque cellule. La couleur finale résulte de l’addition des teintes des protéines.

L’ arc- en-ciel a toujours été une grande source d’inspiration

 puisque très symbolique…

Je vais terminer encore par de jolis mots …

Arc-en-ciel

Quand le soleil pleut
Et que la pluie luit,
Le ciel met le feu
A son parapluie.

*
Il sort d’une étoile
Des pinceaux de poils
Et de la blancheur,
Sa boîte à couleurs.

*
Puis il effiloche
Un paon fabuleux
Sur le chapeau cloche
D’une ombrelle bleue.

Pierre CORAN

Pierre Coran, de son vrai nom Eugène Delaisse, (né en 1934 à Mons) est un poète et romancier belge de langue française1. Il habite avec son épouse le petit village d’Erbisœul dans la province de Hainaut. Une école primaire de Mons porte son nom.

Pierre Coran écrit ses premiers textes rimés à l’âge de 9 ans. Le poète sera instituteur, directeur d’école, puis professeur d’histoire de la littérature au Conservatoire royal de Mons.

Au fil des ans et des livres, la vocation d’auteur de littérature pour la jeunesse devient prioritaire et se voit consacrée en 1989, à Paris, par l’obtention du premier « Grand prix de poésie pour la jeunesse ».

Il est le père de l’écrivain Carl Norac.

*

Madame la Pluie …

Bonjour Madame la Pluie …

On me dit que vous n’êtes pas toujours la Bienvenue …

Venue du ciel, vous êtes si pure …

Et puis …

vous donnez aux photographes  de jolies ambiances .

La pluie frappe au carreau

Comme une larme de trop

 Douce et amer

 Débordant de mes vers

 Dégoulinant le long des pages

 En encre de nuages

 Qui ne veut plus être sage

 Qui veut sauter dans les flaques

 Ne plus voir ce monde patraque

 Que je veux devenir une pluie

 de gouttes d’envies

 Couler le long de son corps

 En caresses  multicolore

 En arc en ciel de plaisir

 A oublier l’avenir

 La pluie aux carreaux

 Les larmes de trop…

(J)

Mais quand Vous êtes là ,

tout un ballet se met en danse …

Un ballet…de parapluies !

Cet ustensile si décrié 

(encombrant, dangereux,pas pratiques etc…)

 

Et pourtant INDISPENSABLE !

Que ferions nous sans eux ?

Ils peuvent être si jolis, colorés, inventifs …

 

         Et même décoratifs, c’est vous dire !!!

Certains sont mêmes …publicitaires

Passons !

Aussi très représentés en peinture, ici renoir…

Ici une sculpture élaborée

dans le centre de Londres,

formée d’une multitude de parapluies …

Une peinture de Françoise Amadieu …

Et les fameux parapluies jaunes du peintre Théberge…

Nous allions oublier …

Les parapluies de Cherbourg,

oeuvre cinématographique bien connue !

Voyez, il n’y a pas d’âge pour commencer…

Et surtout,

sachez que l’humour existe aussi

chez les parapluies …

eh oui! çà existe !

Les amoureux,

eux,

aiment l’intimité et le rapprochement du parapluie !

Pas vous ?

Même les peintres le montrent ,

ici Tawara Machi.

et les poètes l’écrivent ,

vous connaissez d’ailleurs!

Il pleuvait fort sur la grand-route
Ell’ cheminait sans parapluie
J’en avais un, volé, sans doute
Le matin même à un ami
Courant alors à sa rescousse
Je lui propose un peu d’abri
En séchant l’eau de sa frimousse
D’un air très doux, ell’ m’a dit  » oui « 
*
Un p’tit coin d’parapluie
Contre un coin d’paradis
Elle avait quelque chos’ d’un ange
Un p’tit coin d’paradis
Contre un coin d’parapluie
Je n’perdais pas au chang’, pardi
*
Chemin faisant, que ce fut tendre
D’ouïr à deux le chant joli
Que l’eau du ciel faisait entendre
Sur le toit de mon parapluie
J’aurais voulu, comme au déluge
Voir sans arrêt tomber la pluie
Pour la garder, sous mon refuge
Quarante jours, quarante nuits
*
Un p’tit coin d’parapluie
Contre un coin d’paradis
Elle avait quelque chos’ d’un ange
Un p’tit coin d’paradis
Contre un coin d’parapluie
Je n’perdais pas au chang’, pardi
*
Mais bêtement, même en orage
Les routes vont vers des pays
Bientôt le sien fit un barrage
A l’horizon de ma folie
Il a fallu qu’elle me quitte
Après m’avoir dit grand merci
Et je l’ai vue toute petite
Partir gaiement vers mon oubli
*
Un p’tit coin d’parapluie
Contre un coin d’paradis
Elle avait quelque chos’ d’un ange
Un p’tit coin d’paradis
Contre un coin d’parapluie
Je n’perdais pas au chang’, pardi

(G.Brassens)

 

*

Pour finir,  cette belle création

 

Alors,

quand vous prendrez votre  parapluie …

Regardez-le d’un autre œil!

Et accueillez Madame la Pluie,

comme il se doit .

*


Je vous laisse sur une très jolie note poétique!

Ce très joli texte de la chanson de Barbara

 

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Épanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t’ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle-toi quand même ce jour-là
N’oublie pas
*
Un homme sous un porche s’abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t’es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m’en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j’aime
Même si je ne les ai vus qu’une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s’aiment
Même si je ne les connais pas
*
Rappelle-toi Barbara
N’oublie pas
Cette pluie sur la mer
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse
Cette pluie sur la mer
Sur l’arsenal
Sur le bateau d’Ouessant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu’es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d’acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
*
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n’est plus pareil et tout est abîmé
C’est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n’est même plus l’orage
De fer d’acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l’eau sur Brest
Et vont pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien

*

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Instant de pure féminité …

Je viens ici vous parler 

Dentelles



Toutes ces anciennes dentelles qui faisaient rêver nos aïeules…

Quelle féminité !

Les coiffes délicates et amidonnées,

Les robes de baptême …

Les mouchoirs, les napperons…

Toutes ces dentelles fines, faites à la main …

Utilisées aussi pour des cols, des plastrons, des mitaines ….


Et dans l’intimité  la lingerie de dentelle…

  une merveille !

encore plus intime,

jusqu’au bout du rêve …

Mais revenons aux accessoires, les bijoux de dentelle ….


N’oublions pas les jarretières, très prisées jadis …..

et enfin pour finir le rêve,   quelques jolies robes ….

un peu plus osée …

mais,  si jolie …

Voilà, j’espère vous avoir fait rêver

avec ces quelques grammes de dentelles

qui sont le reflet de la sensualité féminine …

_________________

Le Temps des Pâquerettes….

Fleur de la Renaissance,

à la vie,

au soleil ,

Fleur magique

de l’annonce des beaux jours,

La Pâquerette

Au milieu de l’herbe tendre

qui se relève doucement de cette longue saison froide,

Elle ouvre dans la rosée,

ses tendres pétales ,

Encore toute ensommeillée…

Enfin,

elle ouvre grand ses bras vers le  Soleil,

 » réchauffe-moi! »

Alors sous les caresses chaudes

de l’Astre d’Or,

elle ouvre son coeur,

elle épanouit sa belle fragilité

Puis elle se multiplie,

gazons, mousses et prairies

vont lui offrir un joli nid,

Elle va le peindre alors

en un joli tapis

de petits points blancs et roses,

Elles viennent annoncer

cette saison éclose

A votre tour,

que ferez-vous de cette

métamorphose ?

Allez-vous effeuiller la jeune Demoiselle ?

Les laisser reposer à l’ombre d’un grand chêne ?

En faire des guirlandes ?

Les mettre dans un vase

là, ce serait dommage !

Ou bien encore les peindre

en jolie aquarelle ?

Ou les mettre en couronne

comme le font les enfant ?

Laisserez- vous le matou s’endormir auprès d’elles ?

Et Dame Coccinelle…Que  fait-elle ?

Pourquoi pas un câlin ,

l’herbe tendre, c’est Divin!

Je laisse à Honoré Harmand

vous dire ses quelques vers …

La Pâquerette

Loin du bruit, vivant ignorée

Je suis la fleur, chère aux amants

Et que cueille la bien aimée

Dans les jours heureux du printemps

Ma tige fragile et légère

Se balance au souffle du vent

Comme se berce une chimère

Dans les rêves d’un jeune enfant

Mon nom aisément se devine

Je vis modeste dans les champs

Mes pétales couleur d’hermine

Semblent de grands papillons blancs

Je suis le symbole suprême

Le grand conseiller des amours

Et l’on m’admire quand on aime

En effeuillant mes beaux atours

J’explique aux amants le problème

Qui se cache aux yeux des jaloux

Quand mon pétale dit je t’aime

Les coeurs méchants se font plus doux

Parfois de trompeuses chimères

Tout bas soupirent un aveu

Les douleurs semblent moins amères

Quand mon pétale dit « un peu »

Il est des jours dans l’existence

Où le bonheur vient tout à coup

Apportant avec l’espérance

Le doux murmure du « beaucoup »

Dans les heures qui passent brèves

Au sein de mon isolement

Sous la caresse des beaux rêves

On aime « Passionnément »

Mais dans le ciel de gros nuages

Jettent parfois l’obscurité

Sur le grand livre aux belles pages

L’oubli souvent s’est arrêté

Alors tristement on me cueille

On me méprise un peu partout

C’est la colère qui m’accueille

Quand on arrache un « Pas du tout »

Je suis le symbole suprême

Le grand conseiller des amours

Et l’on m’admire quand on aime

En effeuillant mes blancs atours

Honoré Harmand

 

Ces Demoiselles du temps Jadis …


Éléonore et Adélaïde

Cheveux bouclés, iris d’or,

Comme sorties d’une chrysalide

En compagnie  d’Isabelle,

à comparer leurs dentelles …

Fi de vos dentelles  pensa Ludivine,

rien n’est plus beau que costume de marine …

Pour nous, ce qui est important,

C’est le nombre de nos rubans…

Plus il y en a,

Plus c’est charmant!

Dirent en coeur Romane et Fanfan

Quant à nous, dirent les soeurs de LaTour,

Nous nous interessons au velours!

Il a dit-on,

La douceur de l’Amour …

Effectivement dit Aliciane,

Voyez ma robe de courtisane,

Une douceur à fendre l’Ame!

Arrêtez donc avec vos dires,

et regardez

dentelles et rubans associés,

le Rose est un délire!

Bien sûr dit Coraline,

de la dentelle, j’adore,

mais je n’aime que la blanche,

et lorsqu’elle est très fine !

Moi, dit Tante Albertine…

C’est le satin qui me fascine !

Mais oui ma chère

Je vous le dis,

moi, Pétronille,

Modernisez tout çà,

Regardez-moi !

Ne faites donc pas la coquette,

s’exclama Marie-Odette !

Attêtez vos bavardages,

supplia Pascaline,

et passez-moi ma robe!

Pouvons nous être de la fête nous aussi

demandèrent Pauline et Miguette ?

Et nous alors ?

Moi, murmura Roseline,

Ma robe est froissée,

Je reste ici…


Eugénie soupira,

J’attends depuis deux heures!

Y aurait-il un coiffeur ?

Cémentine et Alice s’écrièrent,

Nous attendons déjà ,

Attendez votre tour!

Albertine nous attend,

Je pars dès maintenant ….

Allez , venez toutes,

Il faut un souvenir

De cette époque là !

Dis moi Julie,

Qu’est-ce qu’on va faire de nous ?


 

Nous donner le beau rôle :

Celui de

« Nostalgie »

Nostalgie d’Autrefois ….

 

 

Univers blanc …..

Mais oui !!!! c’est bien blanc !!! A l’ouverture de mes volets ….. un tapis blanc recouvre l’  espace…. et c’est Samedi matin ….. tout est calme !

Que c’est beau cette neige fraiche …. cette fois, Noël est annonce en blanc cette année …..

Ma maison semble dormir sous ce manteau inhabituel coloré de blanc et de froid…

Mais Noël est annonce pour très bientôt maintenant …..

Que ferait le père Noël de son traineau s’il n’y avait pas la neige , hein ???

Même les oiseaux chantaient ce matin , mais oui !!!

La table et les chaises peuvent toujours attendre ….

L’été n’est pas à notre porte , et les repas au jardin sont remis à d’ici quelques mois …. çà , c’est sûr !!!!

Mais le soleil fait tout de même son apparition ….bien que tiède ….

Nos arbres semblent irréels sous cette pellicule blanche irréelle, poudreuse et froide ….. et le soleil semble jouer à donner ici des reflets d’or à ce paysage inhabituel …. c’est vraiment très beau ….


Mon cocon…

Voici le petit port où j’habite…un Éden de calme, de sérénité et de beauté…

 

Ce petit port se situe dans le Golfe du Morbihan, à une quinzaine de kilomètres de Vannes …..

 

Il fait doux y vivre… et d’y prendre son temps….

Le climat y est doux  favorisé par un micro climat ….. et ce mélange mer-rivière  baigné de la lumière « particulière » de ce golfe, donne à ces paysages  des couleurs irréelles.

Environné de sentiers côtiers, la randonnée pédestre ainsi que les promenades (pour les moins courageux) sont pratiquées journalièrement été comme hiver  dans ce cadre magnifique…..


La visite ne serait pas complète sans vous montrer le cimetière aux bateaux traversé au cours d’une randonnée …..

e et ces plages  bordées de pins…


Bien sûr, je ne vais pas oublier une compagnie habituelle, celle de nos copines les mouettes…..

qui sont ravies de pouvoir venir vous quémander quelques miettes lors de vos pique-niques……

Il y a comme en bord de mer un phénomène de marée, ce qui donne naturellement un changement journalier aux paysages selon les heures…..

Nous avons un vieux pont suspendu, fait de bois et dessiné par le grand

Eyffel, dont la rénovation vient d’être faite et qui est un haut lieu touristique en été ….

Le voici …..

Si vous venez par ici ….vous garderez un merveilleux souvenir de ce petit coin de paradis …… c’est certain !


Magique ….vraiment !

Il y a quelques mois de cela, j’étais invitée chez des amis, dans leur nouvelle maison située dans l’Oise ….

N’ayant pas de GPS  (instrument des plus utiles quand on est comme moi dépourvue de tout sens d’orientation), bien évidemment , je me suis perdue ….mais le destin veillait et je crois même qu’il voulut me jouer un tour à sa façon ….

Le jour tombait et je commençais sérieusement à m’énerver en changeant de direction tous les 5kms …. quand tout à coup, voilà ce que je vis devant moi !!!!

Jugez par vous-même :

Alors, sans hésiter , j’ai contourné la route pour me rapprocher, j’ai fait quelques    photos pour ne pas oublier cette apparition magique ….

J’ai contourné ce lac … merveilleux de silence, de calme et de sérénité , et alors, m’apparut dans la splendeur  de ce coucher de soleil ……cette beauté …

Regardez ….. tous mes rêves de petite fille sont réapparus à ma pensée … je rêvais à nouveau …. un vrai château de Princesse !

Pas suffisamment stupide pour imaginer que le Prince charmant se cachait derrière ….mais ,  c’est tout juste …. sourire

J’étais statufiée ….. je voulais vous faire partager ce moment  » magique » vraiment magique …….

Le château de Pierrefonds … une merveille …

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441