Soleil rouge …

 La rougeur enflammée sur le miroir d’argent,

Se pose doucement entre les branches nues.

L’émeraude en mes cils devient feu à présent,

 Le cœur déshabité d’un amour corrompu…

.

Passe l’hiver en moi  me gelant l’ âme à blanc,

Et puisse refleurir les germes de l’espoir,

Quand mon être en entier n’est plus que saignement,

Que viennent me border les angoisses du soir…

.

Flammes bleues, flammes rouges,  incandescent amour,

Cesseras-tu enfin de consumer mes jours

Quand je sais à présent ce poison enivrant,

Venu baigner mes veines d’un philtre de Satan…

.

Sur un tapis de feuilles je couche mon amertume.

J’attends que mon aurore épouse l’horizon,

J’ai tué cet amour aux lueurs de la Lune

Et gommé toutes traces d’une vile passion…

.

           KVR


http://www.copyrightdepot.com/cd17/00049441.htm

Publicités

Ô Bois …

Ô bois qui du soleil accusez l’impuissance,
Recevant de ses traits la chaude violence
Sans en être percé,
Que n’ai-je comme vous fortifié mon âme
Pour recevoir les coups du bel œil qui m’enflamme
Sans en être offensé !

Que n’ai-je comme vous une écorce sauvage
Insensible aux douleurs, comme vous à l’outrage
Des hivers ravissants !
Mais ô dieux ! suis-je pas de matière insensible,
De ne point consommer en l’ardeur invisible
Des brasiers que je sens ?

Ô bois, hôte sacré des dieux et du silence,
Souffrez que je soupire ici la violence
D’une fière rigueur,
Bien qu’on n’allège pas par les cris un martyre,
C’est toujours un bonheur quand la bouche peut dire
Ce que souffre le cœur.


Ah ! je vois bien déjà vos oiseaux qui s’assemblent
Pour plaindre mes malheurs, mais hélas qu’ils me semblent
Heureux en cette loi !
Ils éteignent leur feu dès l’heure qu’il s’allume,
Et l’amour n’eut jamais pour eux tant d’amertume
Comme il en a pour moi.

La fortune et l’amour s’accordent pour leur plaire,
Mais si l’une me nuit, l’autre est mon adversaire,
Et jure mon trépas,
Et la beauté qui m’est aux yeux si désirable
De ma vive douleur croit n’être point coupable
Pour ne l’avouer pas.


Son œil qui m’a vaincu néglige sa victoire,
S’il voit mon déplaisir il feint ne le pas croire,
Et s’en rit dans le cœur,
Et disant que je suis blessé par innocence,
Il me fait en un coup admirer sa prudence
Et maudire sa rigueur.

Que je serais heureux si la belle farouche
Qui m’a causé mon mal me disait de sa bouche :
 » Viens mourir devant moi ! « 
Je lui ferais paraître en mourant d’allégresse
Que quand on ne saurait vivre pour sa maîtresse,
Il faut mourir pour soi.

Etienne DURAND (1586-1618)

Une belle écriture

 

Ô bois qui du soleil accusez l’impuissance,
Recevant de ses traits la chaude violence
Sans en être percé,
Que n’ai-je comme vous fortifié mon âme
Pour recevoir les coups du bel oeil qui m’enflamme
Sans en être offensé !

Que n’ai-je comme vous une écorce sauvage
Insensible aux douleurs, comme vous à l’outrage
Des hivers ravissants !
Mais ô dieux ! suis-je pas de matière insensible,
De ne point consommer en l’ardeur invisible
Des brasiers que je sens ?

Ô bois, hôte sacré des dieux et du silence,
Souffrez que je soupire ici la violence
D’une fière rigueur,
Bien qu’on n’allège pas par les cris un martyre,
C’est toujours un bonheur quand la bouche peut dire
Ce que souffre le coeur.

Ah ! je vois bien déjà vos oiseaux qui s’assemblent
Pour plaindre mes malheurs, mais hélas qu’ils me semblent
Heureux en cette loi !
Ils éteignent leur feu dès l’heure qu’il s’allume,
Et l’amour n’eut jamais pour eux tant d’amertume
Comme il en a pour moi.

La fortune et l’amour s’accordent pour leur plaire,
Mais si l’une me nuit, l’autre est mon adversaire,
Et jure mon trépas,
Et la beauté qui m’est aux yeux si désirable
De ma vive douleur croit n’être point coupable
Pour ne l’avouer pas.

Son oeil qui m’a vaincu néglige sa victoire,
S’il voit mon déplaisir il feint ne le pas croire,
Et s’en rit dans le coeur,
Et disant que je suis blessé par innocence,
Il me fait en un coup admirer sa prudence
Et maudire sa rigueur.

Que je serais heureux si la belle farouche
Qui m’a causé mon mal me disait de sa bouche :
 » Viens mourir devant moi ! « 
Je lui ferais paraître en mourant d’allégresse
Que quand on ne saurait vivre pour sa maîtresse,
Il faut mourir pour soi.

Etienne DURAND (1586-1618)

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441