Réflexion pour deux (suite5)

je continue donc ….

Selon beaucoup de femmes, l’homme est porté à s’éloigner précisément au moment où sa partenaire recherche l’intimité et le dialogue.

Ce la peut se produire pour deux raisons :

-Inconsciemment,

une femme perçoit que l’homme est sur le point de s’éloigner et,

à ce moment précis,

elle cherche à établir l’intimité dans leur relation,

et comme il continue à s’éloigner,

elle conclut à tort qu’il ne veut pas dialoguer, ou qu’il ne tient pas à elle.

-Lorsqu’une femme soulève des problèmes ou émet des sentiments de plus en plus intimes et profonds,

cela déclenche chez l’homme un besoin de fuir.

La femme peut aussi être traumatisée par l’éloignement de son mari

lorsqu’il se produit alors qu’elle vient de dire ou de faire quelque chose de précis.

Souvent l’homme ressent le besoin de partir au moment où le discours de la femme a une connotation émotionnelle.

C’est parce que les sentiments rapprochent et créent de l’intimité que,

au moment où l’homme se sent trop sérieusement engagé, il s’éloigne à coup sûr.

En somme ce n’est pas ce qu’elle dit, mais le moment où elle le dit qui le porte à fuir.

Quand un homme est sur le point de rentrer en lui-même,

ce n’est pas le moment de lui parler ni d’essayer de se rapprocher de lui.

Il faut le laisser faire.

Après un certain temps, il redeviendra disponible,

aimant et coopératif, comme s’il ne s’était rien passé.

C’est là le meilleur moment pour lui parler.

Malheureusement la femme profite rarement de ce moment privilégié pour engager la conversation,

et il y a trois raisons à cela :

– la femme a peur de lui parler parce que la dernière fois qu’elle a essayé de le faire, il l’a repoussée.

Elle pense à tort qu’elle ne l’intéresse pas et qu’il ne voudra pas l’écouter.

-La femme craint qu’il lui en veuille et elle attend qu’il se montre disposé à partager ses sentiments avec elle.

Ce qui bien entendu n’arrivera pas, puisque notre homme se sent parfaitement serein.

-La femme commet l’erreur de lui poser des questions sur ses sentiments à lui.

Et quand elle voit qu’il n’a rien à dire, elle en déduit qu’il ne veut pas discuter avec elle.

Quand on analyse toutes ces conclusions erronées,

il n’est pas surprenant de voir tant de femmes frustrées par l’attitude de leur époux.

Lorsqu’une femme a envie de discuter, ou ressent le besoin de se rapprocher de son partenaire,

elle devrait prendre l’initiative de la conversation,

et pour cela,

elle doit la première, se montrer prête à partager ses pensées, ses souhaits et ses doutes,

même si son partenaire n’a pas grand chose à dire en retour.


Il faut bien rappeler que les hommes n’aiment pas parler pour le plaisir de bavarder,

il leur faut une bonne raison pour discuter.

Cela ne les empêche pas d’être disposés à écouter leur compagne.

Puis, peu à peu, galvanisé par la gratitude que sa moitié lui manifeste quand il prête une oreille attentive,

l’homme ouvre son cœur et voit sa langue se délier,

notamment pour commenter ce qu’elle vient de lui dire.

Ainsi, si elle lui fait part des difficultés de sa journée,

il pourra se mettre à lui raconter les siennes,

et ils auront de fortes chances de se comprendre.
A mesure qu’elle se confiera et qu’il ne sentira aucune pression ni aucun reproche,

il commencera petit à petit à se confier lui aussi.

Rejeter un homme parce qu’il refuse de parler,

c’est s’assurer qu’il ne dira jamais rien,

puisqu’il a besoin de se sentir accepté tel qu’il est avant de devenir peu à peu capable de parler.

Et il ne risque pas de se sentir accepté tant que sa partenaire insistera pour qu’il parle davantage,

ou qu’elle lui reprochera de s’éloigner d’elle.

Plus une femme tentera de forcer un homme à parler, plus il lui résistera.

L’attaque directe n’est pas la meilleure tactique en la matière,

surtout si l’élastique est en phase d’étirement.

Et au lieu de se demander comment briser le silence de son partenaire,

la femme devrait plutôt de demander:

 » comment puis-je arriver à plus d’intimité et à une meilleure communication avec lui? »

Si une femme désire renforcer la communication au sein de son couple,

et c’est ce que veulent la plupart des femmes,

elle peut très bien prendre l’initiative des discussions,

mais elle doit le faire avec maturité :

elle doit savoir accepter que son mari soir parfois disponible,

et d’autres fois prêt à fuir; elle doit même s’y attendre.


Dans les moments où l’homme est disponible,

au lieu de lui poser des dizaines de questions ou d’insister pour qu’il parle,

elle aura avantage à lui faire comprendre qu’elle apprécie sa présence même quand il ne fait qu’écouter.

Au début, elle devrait même lui demander de ne pas parler,

mais de lui dire tout simplement qu’elle apprécie qu’il l’écoute lui expliquer ce qu’elle ressent.

Ce genre de remarque encourage l’homme à continuer d’écouter avec attention.

De plus si la femme ne l’encourage jamais,

l’homme risque de se démobiliser et de laisser son attention se relâcher

car il lui semblera que ses efforts n’apportent rien à sa compagne.

Il ne réalise pas à quel point être entendue compte pour elle.

La plupart des femmes le sentent instinctivement,

mais on ne peut pas demander à un homme qu’il le devine.

Il faudrait pour cela qu’il réagisse comme un femme.

Heureusement, s’il pressent que son écoute est appréciée,

l’homme arrivera à comprendre l’importance du besoin de parler.

Publicités

La communication

La communication est une aptitude qui s’apprend.

la plupart d’entre nous avons  la chance d’être nés avec la faculté de parler et d’entendre, mais passer maître dans l’art de communiquer est une autre paire de manches.

Notamment dans une relation, cela exige d’être franc avec soi-même et d’être prêt à ne rien cacher de nos vérités, que l’on soit capable de les exprimer clairement, et que l’on sache écouter celles de notre partenaire sans le juger ni se tenir sur la défensive.

Une communication peut s’interrompre à tout instant. Il suffit d’un moment d’inattention, d’un quiproquo ou d’un doute non exprimé pour que deux partenaires plongent dans la spirale de l’attaque et de la défense, et que toute transmission entre eux soit coupée. La clé pour éviter cette  » panne  » est de contrecarrer les courts-circuits potentiels.

Trop souvent, la communication entre deux êtres s’interrompt à cause d’un malentendu ou d’un message mal formulé.  Lorsqu’un malentendu survient, il est très difficile ensuite d’éviter que l’incompréhension ne s’installe. Si l’on n’éclaircit pas tout de suite la situation, elle a toutes les chances de se reproduire. Pour éviter cela, il faut absolument chercher à connaitre la cause du malentendu en question, de prendre chacun sa responsabilité et de savoir pardonner son erreur à l’autre.

Connaissez-vous ce principe, c’est celui du panier vide …

Nous avons chacun un petit panier vide qui entoure l’esprit, petit panier invisible. Afin d’être au maximum de ses capacités et de garder un esprit zen, l’être humain préfère que ce panier reste vide et léger. Il arrive parfois que nous nourrissions de la rancoeur, de la colère, ou de l’irritation, sans vouloir pour autant les déverser sur la personne à qui elles sont destinées, et que ces sentiments se changent en pierres. Chaque pierre trouve alors sa place dans le panier de notre esprit et y reste jusqu’à ce que nous décidions de nous en débarrasser.

Le problème survient quand des personnes qui ont un panier (et donc un esprit) lourd, jouent à faire semblant que tout va pour le mieux. Quoi qu’elles fassent, le bruit de cailloux qui s’entrechoquent dans leur panier les distrait et les  empêche de réfléchir, et leur poids nuit à leur mobilité. Le but, est donc de garder ce panier VIDE afin de pouvoir fonctionner sans entrave, sans le handicap d’une tête pleine de pierres.

Chaque fois que vous vous retenez de réagir quand votre partenaire vous provoque ou vous humilie, une pierre se matérialise dans votre panier.

Chaque fois que vous vous empêchez d’exprimer un désir ou de la colère, la frustration qui s’ensuit fabrique une autre pierre.

Imaginez donc le peu de temps qu’il faudrait à votre panier pour se remplir et se déverser sur votre partenaire sous forme de coups, de piques, de bombes chargées de sarcasmes ou de commentaires amers. En somme une explosion de débris émotionnels.

Certains chosissent de se raccrocher consciemment  à leurs pierres, en les polissant pour en faire des armes aussi dures que le diamant.

L’idéal, dans une relation, est de se débarrasser des pierres aussitôt qu’elles apparaissent dans le panier. Les garder autour de votre front pour une raison ou pour une autre ne fera rien d’autre que de peser sur vous et votre union.

Au coeur du principe du » panier vide » repose le commandement : Tu ne mentiras point. Vous croyez peut-être qu’il est impossible de dire la vérité par peur des conséquences. Si vous préférez mentir parce que vous croyez que vos paroles offenseront ou blesseront la personne qui vous écoute, dites-vous que vous lui faites encore plus de mal en vous taisant: non seulement vous chargez votre panier – ce qui finira, d’une manière ou d’une autre, par l’affecter elle aussi – , mais vous refusez de lui rendre service.

Il n’est jamais facile de dévoiler une vérité quand on a le sentiment que celle-ci peut blesser l’être cher. On est même tenté parfois, de laisser se remplir le panier de pierres jusqu’à ce que le poids en devienne insupportable. Mais pour finir, la charge est si lourde, que l’on éprouve le besoin de tout lâcher, la seule option étant alors de mettre fin à notre relation avec l’autre, quelle qu’elle soit !

Si vous éprouvez le besoin de vous débarrasser d’une pierre mais que la peur s’en mêle, demandez-vous quel est le pire scénario.

Rien ne crée une pierre plus vite que de ne pas savoir demander ce que vous voulez. C’est la manière la plus rapide de s’installer dans la rancoeur. Il n’est pas toujours facile d’exprimer son désir. Beaucoup de gens craignent d’être pris pour des personnes capricieuses, ce qui, à leurs propres yeux, est un défaut répugnant. D’autres ont peur de se voir rejetés ou jugés sur ce qu’ils veulent, voire même croient qu’ils ne méritent pas qu’on exauce leurs souhaits.

Si le fait de demander ce que vous voulez vous semble pénible, il faudra d’abord comprendre pourquoi vous pensez de cette façon. Si vous estimez que ce que vous souhaitez n’a pas d’importance, il est conseiller de réfléchir et de voir où vous mène cette conviction. Vous avez peut-être besoin d’une petite introspection pour remettre vos pendules à l’heure. Vous méritez d’obtenir ce que vous désirez. Si vous parvenez à vous en persuader, cela ne fera que vous faciliter les choses.

Si vos difficultés d’expression proviennent d’une crainte, il vous faudra démarrer doucement afin de ne pas précipiter les choses. Vous pouvez vous exercer à dire  « je veux » à tout bout de champ afin d’entrainer les muscles de votre bouche à prononcer ces mots. Ils finiront par se renforcer, jusqu’au moment où le fait de les articuler ne vous demandera plus aucun effort. Cela peut paraitre ridicule, mais c’est efficace!

C’est en créant la possibilité d’obtenir ce que vous voulez que vous pourrez affronter les craintes qui vous bloquent. Ou alors, vous pouvez vous accrocher à votre panier plein de pierres. Là est votre choix !

Chaque vérité dévoilée, chaque échange, chaque jugement retenu vous rapprochent un peu plus de votre partenaire et renforcent l’existence d’une communication stable et profonde…

Détourner la vérité

Une vérité omise, cachée ou niée constitue l’un des plus sûrs moyens d’éroder la confiance.

Si le mensonge fait son apparition dans un couple, c’est la méfiance qui s’installe et un mur qui s’érige bientôt entre les deux partenaires. C’est ce manque de communication qui détruit l’union et mène tout droit à la division.

Le secret d’une vraie communication repose, entre autres, sur le respect de la vérité. A chaque échange, les partenaires ont le choix de se rapprocher en ne se cachant rien, ou, au contraire, de s’éloigner l’un de l’autre en gardant pour eux leurs secrets.

Les secrets érigent des barricades entre vous, alors que les aveux aident à construire des ponts. A vous de choisir : les murs ou les ponts .

Il n’est pas rare aussi que l’on érige des remparts à son insu.

Que l’on dissimule la vérité pour un problème mineur, comme par exemple l’achat de vêtements, ou majeur, comme une infidélité, l’issue reste la même. Un mur s’est élevé, la communication entre vous et votre partenaire est menacée, et les chances de se connecter sont réduites à zéro.

Il faut bien se rappeler une chose importante : on peut construire des murs ou des ponts, mais jamais les deux à la fois …

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441