Chemin de vie …

Allez tranquillement

parmi le vacarme et la hâte

et souvenez-vous

de la paix qui peut exister dans le silence.
Sans aliénation,

vivez,

autant que possible en bons termes avec toutes les personnes.

Dites doucement et clairement votre vérité.

Ecoutez les autres,

même les simples d’esprit et les ignorants,

ils ont eux aussi leur histoire.

Evitez les individus bruyants et agressifs,

ils sont une vexation pour l’esprit.

Ne vous comparez avec personne :

il y a toujours plus grands et plus petits que vous.

Jouissez de vos projets aussi bien que de vos accomplissements.

Ne soyez pas aveugle en ce qui concerne la vertu qui existe.

Soyez vous-même.

Surtout,

n’affectez pas l’amitié.

Non plus ne soyez pas cynique en amour car,

il est,

en face de tout désenchantement,

aussi éternel que l’herbe.

Prenez avec bonté le conseil des années

en renonçant avec grâce à votre jeunesse.

Fortifiez une puissance d’esprit

pour vous protéger en cas de malheur soudain.

Mais ne vous chagrinez pas avec vos chimères.

De nombreuses peurs naissent de la fatigue et de la solitude.

Au delà d’une discipline saine,

soyez doux avec vous-même.

Vous êtes un enfant de l’univers,

pas moins que les arbres et les étoiles.

Vous avez le droit d’être ici.

Et,

qu’il vous soit clair ou non,

l’univers se déroule sans doute comme il le devait.

Quels que soient vos travaux et vos rêves,

gardez dans le désarroi bruyant de la vie,

la paix de votre coeur.

Avec toutes ses perfidies et ses rêves brisés,

le monde est pourtant beau.

Tachez d’être heureux.

Max Ehrmann, 1927

 

Max Ehrmann (1872-1945) est un avocat, homme d’affaires et écrivain américain, principalement renommé pour son poème Desiderata qui a connu un destin particulier.

Né à Terre Haute, dans l’Indiana, Ehrmann était d’origine allemande ; ses parents avaient émigré de Bavière vers les États-Unis dans les années 1840. Il fait des études d’anglais à la DePauw University (diplômé en 1894), puis de philosophie et de droit à Harvard.

Il revient à sa ville natale de Terre Haute en 1898 pour exercer son métier, devenant notamment procureur de l’Etat dans le comté de Vigo. Il travaille ensuite dans l’entreprise familiale. A l’âge de 40 ans, toutefois, Ehrmann abandonne ces activités pour se consacrer à l’écriture. C’est en 1927 qu’il écrit Desiderata, un poème qui devait devenir célèbre bien après sa mort.

 

Publicités

Nos Vents …

photo de Julie Rey

 


Vent brûlant de l’amour avec son souffle chaud,

Son souffle de passion souffle sa déraison,

Vent soufflant de désir, petit vent de plaisir,

Vent débordant  de charme, simple vent de printemps …

Et puis le vent coquin, petit vent de folie,

Vent d’été tout léger, vent à déboussoler,

Vent à évaporer son cœur à la volée,

Vent frileux, malicieux, vent pour vous rendre heureux.

Vent d’orage et d’éclairs, ouragan de colère,

Vent violent déchainé, vent pour déraciner,

Vent séchant, décapant, souffle-les ces vauriens,

Vent glaçant, vent givrant, vent gerçant sur le cœur

Vent violence, vent tourmente et vent de la démence,

Quand il vous prend aux tripes, vent de la tétanie,

Vent rageur, dévastant et vent de félonie

Vent effaçant le mal en soufflant la bonté.

Vent de paix, vent calmant et couvrant la détresse,

Vent caresse, vent tendresse, petits souffle de liesse,

Pour amener la paix un grand vent d’indulgence,

Un vent de tolérance, un vent de tempérance,

Vent de rassemblement, vent d’union, de fusion,

Et vent de communion, de communication

Et pour l’absolution le vent des punitions,

Vent de vos religions et vent de contrition,

Grand souffle de pardon !

Vent pour les ambitions et vent d’admiration,

De  toute confusion et grand vent de patron,

Vent de haute fonction, vent de haute direction

Mais … grand vent d’abandon, grand  air de trahison,

Vent félon, vent juron, vent de trépanation,

Vent de contrefaçon,  et puis vent d’extraction,

Vent de désolation !

Vent de timidité, petit vent rose thé,

Vent d’amabilité et de cordialité,

Vent d’approche, vent d’accroche, et grand vent d’amitié,

Vent de propriété, vent d’exclusivité .

Et la sensualité, ce vent de volupté,

Ce souffle incomparable, recherche de succès,

Vent de braise, vent qui biaise et qui si bien nous baise,

Vent à vous rendre niaise ,

Vent mêlant les amants, petite brise aimante,

Mais … ce vent n’a qu’un temps …

Souffle les séparant, vent désenchantement,

Vent souvent bien poltron et vent de lâcheté,

Soufflant les désunions, vent cassant, vent coupant,

Et vent brisant bien sûr toutes les illusions …

Grand vent réunissant tous les vents de la terre,

Vents de tous continents, vent de tous sentiments,

Pour souffler dans le temps, pour souffler à jamais,

Tous les vents réunis,

Les vents de notre  vie …


http://www.copyrightdepot.com/cd17/00049441.htm

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441