Debout sur les pissenlits …

T’as ni cogné ni sonné
T’as longé le mur du côté
Et te voici, debout sur les pissenlits  

Tu vois jouer mes enfants
Et j’les entends qui crient « Maman »
« Y’a un monsieur qu’est bizarre
A coté d’la balançoire
Viens lui parler nous on comprend pas son histoire »

Et me voici près de toi
J’suis ébahie que tu sois là

Tu n’as pas changé d’un brin
C’qui est différent, c’est que t’es sur mon terrain
C’qui est différent, c’est qu’ma main ne vit plus dans ta main

Tu n’as pas changé du tout
A part qu’y a mes enfants qui jouent
Autour de toi, autour de nous
Y’a quelque chose qui cloche là dessous

T’as commencé à parler
J’ai commencé à pleurer
Puis les enfants ils se sont mis à pas t’aimer
« Maman c’est qui ce monsieur
Qui fout des larmes dans tes yeux ? »

Je leur explique à demi
Que t’es disons un ami
Ça leur suffit
Ils s’réfugient dans la maison
J’ai fais exprès, j’ai pas dit
Ni d’où tu viens ni ton prénom

J’me sens comme prise ne otage
J’me sens coupable d’avoir les deux yeux qui nagent
J’me sens coupable de ne pas te défendre au passage

J’me sens comme pas très correcte
Face aux visages dans la fenêtre
De mes enfants qui font la tête

Y’a quelque chose qui cloche
Mais j’reste
A écouter tes versions
De notre fin de passion
Et j’ai le cœur qui s’empiffre d’émotion
J’suis affamée comme un lion
J’ai rien qu’envie de mordre à fond

Dedans ta bouche en mouvement
Qui me dit tout simplement
Les mots qui touchent
Qui font mouche comme avant
J’suis nostalgique à mourir
Je pleus des larmes de désir

Tu n’as pas changé d’une miette
C’qui est différent c’est les enfants qui nous guettent
C’qui est différent c’est que ma vie moi ben je l’ai refaite

Les pissenlits vont flétrir
Leurs cheveux jaunes vont pâlir
Devenir poussière et puis partir
Y’a quelque chose qu’est moche à mourir

Ça y est j’entends les gamins
Me dire « Maman on a faim »
J’regarde ma montre il est déjà midi et vingt
Ça fait deux heures qu’on est là
Deux heures que tu me tends les bras

Dans ma petite cervelle
J’suis déjà toute infidèle
Ça faisait longtemps que j’m’étais pas sentie si belle
J’m’entends de dire « Désolée, y’a les enfants qui m’appellent »

Je monte sur mon balcon
Quand j’me retourne t’as les yeux comme des rayons
Tu fais demi-tour et soudain je suis prise de frissons

Tu longes le mur du côté
Et ta voiture eh ben je l’entends démarrer
Et au lieu de te retenir
J’prends une casserole j’mets d’l’eau à bouillir

Il est midi quarante-quatre
Les gamins mangent des pâtes
Moi j’suis dehors à genoux sur le gazon
Un pissenlit dans les mains, qui a la marque de ton talon

T’avais fait ça y’a dix ans
Revenir me voir en coup d’vent
Quand mon plus vieux il était encore au biberon
N’as tu pas vu que son frère, il a les yeux comme des rayons
Neuf ans et quelques poussières
Et ta fossette sur le menton ?

Texte de Linda Le may


12 Commentaires (+ vous participez ?)

  1. patriciaj73
    Jan 04, 2011 @ 18:45:46

    Coucou Océanelle ! Je ne connais pas du tout cette chanson mais elle est très jolie. Je te fais de gros bisous et te souhaite une bonne soirée

    Réponse

  2. migama7538
    Jan 04, 2011 @ 19:00:42

    Bonsoir, j’adore Linda lemay, j’ai tout ces CD et j’ai été la voir deux fois à l’olympia, sur scène elle est merveilleuse, quelle émotion dans sa voix, certaines de ces chansons me font couler les larmes… Ces textes sont vivants, la vraie vie… Merci pour ce moment très agréable…bisous

    Réponse

  3. Kleaude
    Jan 04, 2011 @ 19:09:46

    Bonjour à toi!
    Je passe te remercier de tes voeux…
    Et oui les paroles de cette chanson sont magnifiques. Linda Lemay et sune grande parolière… elle a fait tant de si belles chansons… c’est une conteuse…

    Une bonne année à toi….

    Amitiés

    Réponse

  4. colettedc
    Jan 04, 2011 @ 21:16:51

    J’aime beaucoup cette chanteuse … elle est d’une simplitié ainsi que ses chansons !

    Réponse

  5. claudielapicarde
    Jan 05, 2011 @ 10:12:55

    On dirait l’histoire de ma mère et mon père, il venait, repartait mais pas plus de deux fois après c’était la porte définitivement.
    bisous

    Réponse

  6. Béa
    Jan 05, 2011 @ 10:51:38

    Un petit tour par ici me fait découvrir ce texte de Linda Lemay…plein de réalité, de vérité..me fait dire que lorsqu’on prend la décision de partir et si longtemps, il est mieux de vérifier si notre visite ne risque pas de faire plus de mal que de bien; ne pas réveiller des souvenirs qui n’ont plus de place …

    Réponse

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Droits d’auteur enregistrés CopyrightDepot.com 00049441

%d blogueurs aiment cette page :